Casteels : "A moi de montrer ce que je vaux"

Casteels : "A moi de montrer ce que je vaux"
Casteels : "A moi de montrer ce que je vaux" - © BRUNO FAHY - BELGA

Koen Casteels a reçu une convocation en équipe nationale pour la première fois depuis trois ans. Le gardien de Wolfsburg, qui fait partie de la sélection de Roberto Martinez pour les matches contre la Grèce et la Russie, n'avait plus été Diable Rouge depuis le match amical contre la Côte d'Ivoire (2-2) en mars 2014.

C'était la 7e sélection de Casteels, gardien numéro 3 des Diables derrière Thibaut Courtois et Simon Mignolet. L'Anversois s'est ensuite blessé au tibia et s'est retrouvé de longs mois sur la touche, manquant la Coupe du monde au Brésil. C'est Sammy Bossut qui avait été au Mondial, Casteels disparaissant des radars.

Cette saison, Casteels a débuté comme titulaire entre les perches de Wolfsburg, mais le changement d'entraîneur l'a amené sur le banc. Il a toutefois joué les trois derniers matches vu la blessure de Diego Benaglio. "J'espérais une sélection", déclare Koen Casteels. "Quand on est numéro 1, on est automatiquement plus proche de l'équipe nationale. Je veux toujours jouer et j'espère m'installer durablement entre les perches. Heureusement qu'il y a encore beaucoup de matches cette saison".

Le portier de 24 ans ne pense pas encore au Mondial 2018 en Russie. "La Coupe du monde est encore loin, tout peut encore changer très vite", dit-il. "Je suis heureux de pouvoir me montrer cette semaine. A l'avenir, je pense que les prestations en club seront déterminantes. Je n'étais pas vraiment inquiet quand j'étais sur le banc, j'ai juste continué à travailler dur et attendu une nouvelle chance".

Avec Courtois, Mignolet et Matz Sels, Roberto Martinez a fait appel à quatre gardiens pour les deux prochains matches. Le fédéral n'a pas encore déterminé qui serait le 3e gardien. "En principe, qu'il y ait quatre gardiens ne change pas grand chose" selon Casteels. "Nous nous connaissons tous. On ne nous a pas dit pourquoi il y avait quatre gardiens. Je ne sais donc pas ce que le coach a en tête. C'est bien de rencontrer le nouveau sélectionneur et de travailler avec lui. Maintenant c'est à moi de montrer ce que je vaux".

Belga

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir