Belgique-Arabie Saoudite "sert surtout de team building"

Le 27 mars, les Diables rouges affrontent l’Arabie Saoudite en match amical à Bruxelles. Ce sera la seule rencontre amicale au programme des Belges en ce mois de mars. "C’est suffisant", a déclaré Roberto Martinez. Ce sera toutefois la dernière possibilité de voir les Diables en action avant l’annonce de la liste des 23 pour la Russie.

Alors, qu’attendre de cette rencontre entre la Belgique et l’Arabie Saoudite ? "Je ne pense pas que sur le plan tactique Martinez changera beaucoup de choses lors de ce match amical. Il devrait s’en tenir à son schéma habituel. Par contre il est évident que, vu la méforme de Carrasco et l’absence de Chadli, le petit nouveau Anthony Limbombe aura du temps de jeu. Je souhaite d’ailleurs que le brugeois débute ce match pour le juger dans de vraies conditions", souligne Vincent Langendries.

"Je déplore le choix de cet adversaire ..."

Manu Jous d'embrayer : "J’attends juste que les joueurs affichent la même mentalité que lors de leur match en Bosnie (la meilleure réponse, jusqu’ici, à toutes les critiques concernant leur manque d’implication ou engagement dans certains matchs). Mais il est évidemment plus facile d’afficher cette gniaque en déplacement à Sarajevo qu’au stade Roi Baudouin, en amical, face à l’Arabie Saoudite... Ce qui m’amène à déplorer le choix de cet adversaire. Outre les questionnements éthiques qu’il entraîne, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’offrira ni une affiche aux supporters ni un test grandeur nature aux joueurs."

Et de poursuivre : "Pendant que les grandes nations se croisent entre elles (Allemagne-Espagne, Italie-Argentine, Pays-Bas-Angleterre, France-Colombie,...), nous nous mesurons à une équipe qui n’a d’autre argument à avancer qu’être "parmi les 32 qualifiées pour la coupe du monde". Je trouve cela regrettable. Il fallait profiter de cette période pour en découdre avec un grand. Les sparring partners (Egypte, Costa Rica), normalement, ne nous attendent qu’en juin, juste avant l’envol pour la Russie. Pas en mars."

"Ce match amical sert surtout de "team building" à Martinez, considère Vincent Langendries. Son management sur le plan psychologique est clair depuis le début. Il a un et un seul groupe et il va s’y tenir. Il veut garder ses cadres éveillés et surtout les garder près de lui presque en protecteur. C’est la raison pour laquelle on retrouve toujours dans cette sélection des garçons comme Mirallas ou Origi qui ont peu de temps de jeu ou qui, pour l’instant, sont dans un creux. A contrario, et dans ce contexte, l'absence de Benteke est bizarre".

Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK