Axel Witsel : "Si je suis là aujourd’hui, c’est parce que j’ai fait des sacrifices et je n’ai jamais cru que c’était impossible"

Axel Witsel a fait son grand retour à la compétition ce jeudi face au Danemark (1-2). Un come-back rapide, après une rupture du tendon d’Achille en janvier dernier, qui impressionne tout le monde. Le joueur de Dortmund est passé en conférence de presse ce vendredi, mais également au micro de Vincent Langendries. Il était particulièrement souriant. 


►►► À lire aussi : Euro 2020 : Thierry Witsel en larmes lorsque son fils Axel est monté au jeu (vidéo)

►►► À lire aussi : Roberto Martinez impressionné par Axel Witsel : "Un exemple"


Après 159 jours sans jouer, le Diable trépignait au moment d’entrer au jeu : "C'était que du bonheur. J’avais hâte d’enfin retrouver le terrain, même si ce n’était peut-être pas le match idéal. Ca aurait été plus simple si on menait 2-0 ou 3-0. Mais ça m’a permis de ne pas me poser de questions. J’ai beaucoup galéré pendant cinq mois, j’ai eu des moments difficiles, j’ai eu une période ou mentalement ça a été difficile. Mais j’étais vraiment bien entourée."

Le joueur a pensé à ses proches en entrant sur le terrain : "J'ai pensé à ma famille. Ma femme, mes enfants, mes parents ont toujours été présents pendant ces cinq mois. Mes amis, qui m'ont accompagné pendant ma rééducation. C'est aussi grâce à eux si je suis là aujourd'hui." 

Le papa d'Axel était présent dans le stade, il a été particulièrement ému du moment vécu jeudi : "Il m'a dit qu'il avait été aussi ému qu'au moment de mon premier match au Standard, moi j'étais dans ma bulle du coup je n'ai pas réalisé."

Mais quelle place occupe ce retour à côté des grands moments de sa carrière ? "C’est aussi beau. Moi dans ma tête je ne me suis jamais dit que c’était impossible. J’y ai toujours cru. J’ai donné le maximum, après tu peux accélérer le processus mais pas brûler les étapes. Ça ne vaut peut-être pas les titres que j’ai gagnés mais c’est beau."

"Si je suis là aujourd’hui, c’est parce que j’ai fait des sacrifices. C’était important pour moi de faire ma rééducation avec Belgique avec Declercq et Maeschalk. Au niveau médical en Belgique on est vraiment top. C’est pour ça que j’ai décidé de me faire soigner ici et de faire aussi ma rééducation en Belgique."

Axel a reçu beaucoup de soutien en ces moments difficiles : "Kevin De Bruyne avait parlé en bien de moi et ça m’a vraiment boosté pour revenir, mais jamais je n’ai jamais fait une croix sur l’Euro."

Du côté de Dortmund on se réjouit de ce rétablissement et on soutient le joueur : "J’ai eu le big boss, le directeur sportif, les gens du staff qui m’ont félicité pour mon retour. Ils m’avaient déjà tous envoyé un message en espérant que je puisse participer à l’Euro."

Le Diable espère jouer 90 minutes dès les huitièmes de finale.

"On connaîtra encore des matches difficiles"

Le joueur ne veut pas s’affoler après l’alerte contre le Danemark : "Il fallait absolument réagir. On n’a pas joué notre jeu, il n’y a pas eu assez de mouvement. Il y avait une situation spéciale avec Eriksen qui a boosté le Danemark, c’était la première fois qu’on rejouait avec autant de public. Il y a des matches comme ça ou tu souffres, où tu n’es pas bien mais l’important c’est de gagner et c’est ce qu’on a faitOn ne peut pas toujours bien jouer, être beau. On connaîtra encore des matches difficiles."

Axel "Pour moi, je ne devais pas commencer le match après autant de temps. Kevin lui doit se remettre d’un sacré choc et Eden revient petit à petit. Donc pour moi on a bien fait."

Comme beaucoup, Axel a été impressionné par Kevin De Bruyne "Tout le monde connaît Kevin, c’est la classe. Il peut faire la différence à tout moment. C’est l’un des joueurs les plus importants de l’équipe offensivement avec Eden et Romelu."

Sa montée au jeu a également apporté beaucoup à toute l’équipe : "Je suis là pour ramener de la sérénité, c’était mon objectif quand je suis rentré, ramener un peu plus de calme. Je ne suis pas le genre de joueur qui va monter et marquer un doublé ou un triplé. Mais pour moi c’est aussi important que de mettre un doublé."

Kevin De Bruyne avait parlé en bien de moi et ça m’a vraiment boosté pour revenir, mais jamais je n’ai jamais fait une croix sur l’Euro.

Je ne pense pas que c’est un manque de maturité, il y avait largement les qualités et l’expérience sur le terrain pour faire mieux que ça. Il n’y avait pas assez de mouvements. C’était compliqué pour Romelu tout seul devant.

2 images
Witsel a retrouvé le sourire © Tous droits réservés
Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK