Axel Witsel : "La tactique préparée contre le Brésil, cela a pris 15-20 minutes à l'entraînement la veille du match"

2018 est une année historique pour les Diables rouges qui ont terminé 3èmes de la Coupe du Monde en Russie. En exclusivité pour la RTBF, Axel Witsel est revenu sur les moments forts de ce Mondial.

Après un premier tour assez facile, les Belges vont affronter des Samouraïs Bleus qui vont être à deux doigts de créer la sensation. "Quand on encaisse le 2ème but, on se dit que cela va être chaud. Le goal de Vertonghen, il sort de nulle part. Un peu de chance pour nous et tant mieux. Ce but nous relance. A 2-0, on a pris un coup sur la tête et on s’est dit qu’on ne pouvait pas sortir maintenant avec le groupe et les qualités qu’on a", explique l’actuel médian du Borussia Dortmund.

Et de poursuivre : "Après le match contre le Japon (remporté par les Diables sur le score de 3-2, ndlr), on s’est senti pousser des ailes et on a tout suite mis le focus sur le Brésil".

"Le Brésil, c’est le pays du football. Ce qu’on a fait contre eux, c’est incroyable. La tactique utilisée contre le Brésil, on l’a préparée 15-20 minutes à l’entraînement la veille du match, pas plus. C’est dingue mais tout le monde avait compris sa tâche. Le coach a bien fait de passer à 4 derrière. Après le match, c’était la folie dans le vestiaire. Tout le monde était soulagé. On avait couru comme des malades pendant 90 minutes. On était fiers car ce n’est pas tous les jours que tu peux éliminer le Brésil en Coupe du Monde. On est sorti de là presque comme des héros".

Après le Brésil, la Belgique chute face à la France en ½ finale. "Je ne pense pas qu’il fallait changer notre manière de jouer contre la France. On est tombé sur un bloc bas. Ce n’était pas du beau jeu de leur part mais au bout du compte ils s’imposent 1-0 et puis ils vont chercher la Coupe du Monde. On n’a rien à dire. Aujourd’hui, ce match est derrière moi et je n’y pense plus".

La déception digérée, les Diables ont tenu à atteindre un dernier objectif : "On la voulait cette 3ème place. On s’est remis dans le bain même si cela n’a pas été facile le soir de la défaite face à la France".

Les Belges ont battu l’Angleterre dans la finale de consolation avant de rejoindre le pays où les Diables ont été accueillis comme des héros. "Tu peux vivre des moments incroyables en club mais avec ton pays il y a quelque chose en plus. On ne s’attendait pas à voir autant de monde car en Russie, on était dans notre bulle et on ne regardait pas trop ce qui se passait en Belgique. C’est en rentrant qu’on s’est rendu compte que ce que nous avons fait c’était grand", a conclu Axel Witsel.

 

Le 1er janvier, à 20h15, une émission spéciale "Epopée russe, je l'ai dit bordel !" sera diffusée en télé, sur la Une, ainsi que sur Auvio et rtbf.be/sport. L'occasion de revivre, à travers les confessions de Diables rouges, l'année endiablée de notre équipe nationale, 3ème de la Coupe du Monde en Russie.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK