Axel Witsel : "Je suis un aventurier"

Durant le dernier mercato, Axel Witsel a surpris tous les observateurs en acceptant de rejoindre la Chine. Un choix que le médian belge assume pleinement.

"On a une bonne équipe. C'est notre première saison en première division, note-t-il d'entrée. Il s'agit d'une saison de transition avant de viser les premières places et une qualification pour la Ligue des Champions asiatique. Le président du club est très ambitieux. Cela m'a convaincu".

Et de poursuivre : "Sincèrement, je trouve qu'il n'y a pas une grande différence entre le championnat de Russie et celui de Chine. En Belgique, on pourrait disputer le top 5."

Je n'ai tué personne ...

Et même s'ils sont nombreux à penser qu'Axel Witsel va perdre son temps là-bas et que son niveau risque de sérieusement baisser dans une telle compétition, le médian belge se veut rassurant : "Je ne suis pas là-bas en colonie de vacances. On travaille dur avec Fabio Cannavaro et le préparateur physique. J'ai un rôle plus offensif là-bas. J'évolue en n°10 et cela me plaît. Je suis plus offensif et plus efficace. J'ai d'ailleurs marqué un but lors de la deuxième journée de championnat."

"Je ne fais pas trop attention aux critiques sur mon choix. Cela fait partie du jeu. Chacun a le droit d'avoir une opinion. Je n'ai tué personne !", souligne-t-il encore.

Son parcours est plutôt atypique avec un début de carrière au Standard avant un départ pour le Portugal et le Benfica Lisbonne. Ensuite, il a opté pour la Russie et le Zenit avant de s'envoler pour Tianjin. "Je suis un aventurier, répond-t-il avec le sourire. A refaire, je referais le même parcours !"

Witsel n'a jamais eu peur de perdre sa place dans le groupe des Diables rouges.

"Avant mon transfert, Roberto Martinez m'avait appelé pour connaître le choix que je comptais poser concernant mon avenir. Je l'ai donc appelé tout de suite une fois que j'ai signé à Tianjin. Il a accepté mon choix et il m'a dit qu'il allait continuer à suivre mes prestations, a-t-il expliqué. Je n'ai pas changé ma manière d'être et d'agir. Je viens ici de faire deux entraînements avec les Diables et je me sens bien. Je reste compétitif".

Il n'a pas hésité aussi à rappeler que trois internationaux brésiliens évoluent en Chine et continent à évoluer avec la Seleçao.

Et à la question de savoir s'il va donner des idées à d'autres Diables, il répond avec le sourire : "Au sein de l'équipe nationale, plusieurs joueurs m'ont déjà demandé comment c'était là-bas. J'avais reçu pas mal de félicitations de coéquipiers lorsque j'ai annoncé que je rejoignais la Chine. Il est possible qu'il y ait des Belges qui rejoignent un jour le championnat de Chine. Chacun doit faire ses choix."

Enfin, en ce qui concerne le match de samedi face à la Grèce, Axel Witsel a tenu à insister sur le fait qu'il s'agira "d'un match clé, un vrai test pour les Diables face à une équipe qui n'a pas encore perdu. A nous de le gagner à la maison".

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir