Andy Selva, le Saint-Marinais terreur des Diables Rouges

Dans son histoire officielle récente (premier match officiel en 1990), Saint-Marin n’a pas engrangé beaucoup de victoires (une seule en fait, en amical, 1-0 face au Lichtenstein en 2004). Du coup, pour les (rares) fans saint-marinais, les buts inscrits sont fêtés comme des victoires. Dans l’histoire de la Serenissima, il n’y en a eu que seize marqués en matches officiels et trois l’ont été face à la Belgique... par un seul et même homme, le meilleur buteur de l’histoire de Saint-Marin : Andy Selva.

Nous sommes le 28 février 2001, le Stade Roi Baudouin et les supporters de notre équipe nationale viennent de célébrer le dixième but, inscrit par Bob Peeters, d’une véritable démonstration des Diables Rouges face à Saint-Marin. Mais dans les dernières secondes du temps réglementaire, les visiteurs obtiennent un coup-franc à l’entrée du rectangle. Un homme se charge de déposer le ballon dans la lucarne d’une sublime frappe enroulée. Cet homme, c’est Andy Selva.

Un but "selvateur"

Né à Rome en 1976, ce petit (1m76) attaquant est sélectionné pour la première fois de sa carrière avec Saint-Marin en octobre 1998. Habitué à la deuxième et troisième division italienne, il fête sa première sélection avec Saint-Marin lors d’une défaite 5-0 face à Israël, en éliminatoires pour lEuro 2000 belgo-néerlandais. La première d’une longue série de sélections, 72 au total, faisant de lui le joueur le plus capé de l’histoire de Saint-Marin mais aussi, son historique meilleur buteur avec huit réalisations.

De ses huit réalisations, trois ont été inscrits face à la Belgique, la victime favorite du buteur, passé notamment par Sassuolo ou l’Hellas Vérone. Car quatre mois après son splendide coup franc sur la pelouse du Heysel, Selva va refaire le coup aux hommes de Robert Waseige mais cette fois, pas question de simplement sauver l’honneur puisque le numéro 9 saint-marinais répond au but d’ouverture de Marc Wilmots pour donner des sueurs froides aux Diables, qui s’imposeront finalement 1-4 grâce à trois buts en deuxième période.

Jamais deux sans trois

Mais Selva n’en a pas fini avec la Belgique. Un peu moins de quatre ans après cette dernière défaite face aux Diables, l’attaquant, seul joueur professionnel de sa sélection et devenu capitaine de la Sérénissime, accueille Aimé Anthuenis et ses troupes. Après l’ouverture du score de Timmy Simons sur penalty à la 18e minute, Selva surgit à cinq minutes de la pause pour tromper Silvio Proto d’une belle reprise de volée malgré la présence dans la défense belge d'un certain duo Vincent Kompany - Daniel Van Buyten. Un but qui fera trembler les Diables jusqu’à l’heure de jeu et le but de la victoire de Van Buyten (1-2).

Andy Selva sera donc parvenu à inscrire un triplé (sur quatre ans) face à la Belgique. Jamais dans son histoire Saint-Marin n’avait inscrit autant de buts face à un même adversaire. On saura vendredi soir si Selva possède un héritier dans l’art de marquer pour la Serenissima face à la Belgique.

Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK