Rétro France-Belgique : Le jour où les Bleus ont eu le "seum" durant 80 minutes

Cette journée du dimanche 7 juin 2015, des milliers de Belges s’en souviendront encore longtemps. Le soleil généreux annonce le début de l’été, la capitale parisienne est prise d’assaut par les fans belges venus assister à la 73e confrontation entre voisins. Un match qui marque le début du compte à rebours de l’Euro 2016.

Un duel historique puisque ce succès de la Belgique (3 buts à 4) est synonyme de 30e victoire (pour 24 défaites), la première depuis 2002 (1-2 avec un but de… Wilmots).

Certes, il ne s’agit que d’un amical, la France est privée de Benzema (blessé), de Pogba et Evra (retenus par la Juventus pour la finale de la Ligue des Champions), Trémoulinas et Cabaye sont titulaires mais ce jour-là, les Diables ont marché sur leurs adversaires leur donnant une véritable leçon 80 minutes durant pour ce qui restera le match référence de l’ère Wilmots. Jamais les Bleus n’avaient encaissé 4 buts dans leur Stade de France.

La première du capitaine Hazard

La Belgique commence la rencontre privée de Kompany, Meunier, De Bruyne mais les autres cadres sont titulaires (Courtois, Alderweireld, Vertonghen, Mertens, Fellaini, Witsel, Hazard) ou remplaçants (Lukaku, Chadli). Pour l’anecdote, c’est Radja Nainggolan (auteur d’un but splendide) qui sera élu "Homme du match" par le Journal L’équipe qui lui attribue la note de 8/10 : "Nainggolan (8). Buteur, le milieu au "volume hallucinant" a "fait respirer son équipe en s’extirpant du pressing ou en renversant le jeu par des transversales".


>> Notre catalogue des archives des directs sportifs de la RTBF


Eden Hazard est capitaine pour la 1re fois et le brassard n’a aucun poids sur le numéro 10. Mieux, il le galvanise face à sa "patrie d’adoption". Il convertira le penalty du "1-4" et affolera la défense française avec des chevauchées dont il a le secret, il fera se lever la foule du SDF (y compris les Français) lors d’un coup du foulard.

Autres Diables en vue, Fellaini (auteur d’un doublé) et un Dries Mertens virevoltant ( pas encore "Maramertens" à l’époque) qui a fait souffrir le pauvre Trémoulinas.

"Et un et deux et trois zéro"

Nos compatriotes ont garni de rouge tout un bloc du Stade de France. Officiellement, ils sont 6000 mais ils semblent 10 fois plus nombreux. Et après avoir chanté aux alentours de la Tour Eiffel toute la journée, ils se sont emparés de Stade de France à coups de "Et un, et deux et trois zéro !" ou "On est chez nous !".

Deschamps dithyrambique

Touchée dans son orgueil, l’équipe de France s’est réveillée en fin de match (les montées de Fekir, Payet et Lacazette ont métamorphosé le 11 de DD) en réduisant la marque et aurait même pu miser sur un retour improbable si le match avait duré quelques minutes de plus.

Au final, peu importe le score. Ce succès (3-4) ne reflète pas vraiment la domination belge. Ce 7 juin 2015, les Diables ont marqué les esprits démontrant un potentiel offensif impressionnant.

En conférence de presse, le sélectionneur français Didier Deschamps dira "Si certains avaient des doutes sur la qualité de cette équipe, ils ont pu voir qu’elle a beaucoup de répondant athlétique et des joueurs performants".

 

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK