"Aller en Angleterre à 15-16 ans, ce n'est pas une bonne idée"

Ne pas partir trop tôt de Belgique : C’est ce que l’agence Stirr Associates conseille aux jeunes joueurs de football belges. Pour mieux pouvoir conseiller leurs joueurs, Stirr Associates, une agence belge de football qui s’occupe des affaires de Dries Mertens et Toby Alderweireld entre autres, a demandé à l’Université d’Anvers de réaliser une étude sur les dangers potentiels d’un exil trop rapide pour les jeunes joueurs. L’étude s’est principalement focalisée sur la Premier League et les talents belges qui l’ont rejoint entre 2005 et 2018. Entretien avec Stijn Francis, directeur de l’agence Stirr Associates.

"Notre bureau représente plusieurs joueurs en Belgique ou à l’étranger, et on a beaucoup de demandes des clubs anglais pour transférer des jeunes joueurs de 15-16 ans. Ils les attirent en leur disant qu’ils ont de meilleures infrastructures et puis qu’ils joueront dans le meilleur championnat du monde, avec les meilleurs joueurs etc. Face à ces demandes, les clubs belges tentent de garder leurs jeunes en leur disant qu’ils auront plus de chances de jouer en équipe première en Belgique. Donc pour mieux conseiller nos joueurs, on a décidé de demander à l’Université d’Anvers d’analyser les conséquences d’un transfert d’un jeune joueur en Angleterre", introduit d'abord Stijn Francis.

Quel a été le constat de cette étude justement ?
Stijn Francis : "La conclusion a été assez claire. Aller en Angleterre quand tu es jeune, donc à 15-16 ans, ce n’est pas une bonne idée, ce n’est pas un pas en avant pour la carrière. Il vaut mieux rester en Belgique."

Vous êtes l’agent de joueurs comme Toby Alderweireld ou Zinho Vanheusden, deux joueurs qui ont quitté la Belgique justement à l’âge de 15 ans. Ça a marché pour l’un mais Vanheusden, lui, a dû revenir en Belgique pour s’imposer. Etiez-vous déjà leur agent au moment de ces choix ?
"Non, je n’étais pas leur agent mais leurs cas à tous les deux sont différents puisqu’ils sont partis aux Pays-Bas et en Italie. Et dans ces pays, la conclusion n’est pas encore claire. Pour l’instant, le constat de l’étude n’est valable que concernant l’Angleterre. Il n’a pas encore été prouvé que partir jeune en Italie serait une mauvaise idée pour la carrière d’un jeune joueur. C’est vraiment avec l’Angleterre qu’une grosse différence dans les carrières a été remarquée."

C’est peut-être dû au fait qu’énormément de joueurs se sont rendus en Angleterre ces dernières années et beaucoup moins en Italie ?
"Oui, tout à fait ! Il y a beaucoup moins de joueurs belges qui ont été en Italie ou en France et donc bien sûr, il n’est pas impossible que dans le futur on fasse la même conclusion concernant l’Italie ou d’autres pays."

Et pourquoi cela bloque justement en Angleterre ?
"Il y a plusieurs raisons : tout d’abord c’est très compliqué pour un jeune joueur d’avoir du temps de jeu en équipe première, la concurrence étant énorme. Une étude suisse avait d’ailleurs déterminé que plus tôt un joueur avait du temps de jeu en équipe première, plus de chances il avait de faire une meilleure carrière. Et ça, évidemment, c’est plus dur en Angleterre qu’en Belgique. Et puis, il faut aussi dire que ce n’est pas facile de déménager quand tu as 15 ans, que tu ne parles pas la langue et que tu es loin de ta famille. Il y a toute une adaptation à faire en plus de simplement jouer au football. Je pense aussi qu’il ne faut pas sous-estimer le niveau en Belgique. Nos centres de formation ont bonne réputation. D’ailleurs, chez les jeunes, le niveau n’est pas forcément meilleur en Angleterre. C’est pour toutes ces raisons qu’il vaut mieux rester en Belgique."

Vous trouvez qu’en Belgique on donne suffisamment la chance aux jeunes joueurs belges ?
"Non, pas encore suffisamment. On la donne aux meilleurs joueurs, mais on pourrait faire plus. Si tu compares avec les Pays-Bas par exemple, ils ont beaucoup moins d’étrangers dans leur championnat car le salaire minimal pour un étranger est plus élevé qu’en Belgique. Il est de 80.000 brut en Belgique contre 200.000 brut environ aux Pays-Bas. Donc forcément ils ont plus tendance à utiliser des jeunes joueurs. Là où en Belgique on ira plus facilement chercher des joueurs étrangers. Mais cela reste incomparable avec l’Angleterre."

Donc si je vous suis, un jeune joueur belge aurait par contre plus de chances de jouer aux Pays-Bas qu’en Belgique ?
"Alors on ne peut pas l’assurer mais effectivement je pense que ce serait intéressant de l’étudier… mais si vous voulez mon avis personnel… je pense qu’effectivement aller aux Pays-Bas est encore plus intéressant que rester en Belgique."

Est-ce que le résultat de cette étude va modifier votre manière de conseiller vos joueurs ?
"Oui, maintenant on a une étude scientifique qui confirme et appuie ce qu’on pensait. Cependant il faut être honnête, les clubs anglais proposent parfois des gros salaires qui sont pour les joueurs et leurs familles difficilement refusables. Et ce sont eux qui prennent la décision finale."

L’étude compare notamment la carrière de Youri Tielemans et de Charly Musonda Jr. Vous pensez que si Musonda était resté en Belgique il aurait fait une meilleure carrière ?
"Mmh… C’est difficile à dire… Je pense qu’effectivement si il était resté à Anderlecht, il aurait eu du temps de jeu en équipe première et donc plus de chances de réussir."

Le choix d’aller en Angleterre en ne s’étant pas imposé dans une équipe première auparavant est donc risqué à long terme. Avis à nos talents : restez en Belgique et soyez patients.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK