Alex Teklak : "Yannick Carrasco souffre de son déficit d'image"

La victoire des Diables Rouges en Islande a souligné quelques constantes dans notre Equipe Nationale : Lukaku marque toujours comme il respire, Eden Hazard joue toujours les régisseurs, mais sur le flanc gauche, Yannick Carrasco continue à enchaîner les prestations décevantes, au point d’apparaître comme le maillon faible de l’équipe. Mais pourquoi Roberto Martinez ne fait-il pas le même constat ?

Sous Roberto Martinez, Yannick Carrasco est toujours un premier choix, d’autres diront même un chouchou, jusqu’à l’entêtement. Pour notre consultant Alex Teklak, c’est d’abord une question de régime médiatique.

"Je pense que Carrasco souffre d’un vrai déficit d’image, car ce n’est pas quelqu’un qui essaie de la soigner, cette image. Ses relations avec la presse sont compliquées, même si elles s’améliorent. Quand il fait un mauvais match, on dit qu’il a été très mauvais. Quand il fait un bon match, on dit qu’il a été moyen ou même mauvais. Si on voit la prestation de Thorgan lors du match précédent, elle n’était pas plus brillante que celle de Carrasco mardi. Mais pour Carrasco on en fait des tonnes, alors que pour Thorgan, on est beaucoup plus policé", souligne-t-il.

Yannick Carrasco : un ailier reconverti contre nature en latéral, suivant le système martinez, mais aussi parce qu’un cran plus haut, au poste naturel de Carrasco, évolue un certain… Eden Hazard.

"Il n’a pas les bons réflexes de replacement défensif : parfois il arrive un mètre trop tôt, parfois un mètre trop tard, parfois il est trop à l’intérieur, parfois trop à l’extérieur. C’est un vrai problème de culture défensive, et à son âge, c’est difficile de gommer ces lacunes. C’est aussi un problème de communion avec Vertongen, ils ne sont pas toujours bien connectés l’un à l’autre dans la doublette défensive côté gauche", ajoute Alex Teklak.

Un flanc gauche perméable… sauf qu’aujourd’hui nos adversaires le savent. Mais contre la France au Mondial, l’absence de Meunier avait aussi souligné l’absence de plan B à droite. Voici pour l’avenir la proposition de Teklak.

"Une rotation pour le poste sur le flanc gauche ne me dérangerait aucunement, que ce soit Carrasco, Chadli, Thorgan ou un autre : ce serait même la logique même. Ne plus faire confiance à Carrasco ne serait pas une chose à faire selon moi : son profil est intéressant contre les adversaires plus faibles, et on ferait appel à un profil plus défensif contre plus fort. C’est ce qui fait aussi la richesse de notre équipe."

Avec aussi cette urgence pour Carrasco : suivre l’exemple de Witsel… et quitter la Chine.

"C’est ce qu’il va faire, et bientôt… une fois qu’il se sera rempli les poches. C’est aussi le cas de joueurs comme Edmilson : ils reviendront avant leurs 35 ans…", conclut-il.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK