A 15 jours de sa sélection, Roberto Martinez est partagé entre doutes et certitudes

Roberto Martinez
4 images
Roberto Martinez - © BRUNO FAHY - BELGA

Roberto Martinez est actuellement en pleine interrogation. Dans quelques semaines, le sélectionneur dévoilera sa liste de 23 Diables Rouges (+ 5 réservistes) en vue de la Coupe du Monde en Russie. L’état de forme de certains joueurs fait assurément réfléchir le coach espagnol.

Doutes et inquiétudes à tous les étages

Martinez est un sélectionneur fidèle. Depuis son intronisation à la tête des Diables, le Catalan appelle très régulièrement les mêmes joueurs. Malgré certaines méformes, certaines blessures et certains choix de carrière étonnants, Martinez continue d’accorder sa confiance, indéfectiblement.

Toutefois, à quelques semaines du Mondial, force est de constater qu’il existe de nombreux doutes.

Au rayon des blessures, plusieurs éléments importants sont actuellement sur le carreau.

Durement touché à la cheville mi-avril face à Schalke 04, Michy Batshuayi bosse dur pour être rétabli à temps. Le compte à rebours est lancé mais cela devrait passer.

Les situations de Vincent Kompany, Romelu Lukaku et Mousa Dembélé sont venues apporter leur lot d’inquiétude.

Absent surprise du groupe de Manchester City le week-end dernier, Vince the Prince connaît "un problème médical". Ça c’est pour la version officielle. Officieusement, selon certaines sources, le défenseur des Diables souffrirait d’une blessure mineure au genou. Si la nature de son souci physique ne semble pas trop inquiétante, ce sont surtout les rechutes systématiques du Cityzen qui préoccupent les observateurs.

Victime d’un coup direct sur la cheville droite ce dimanche face à Arsenal, Lukaku est sorti en boitant. "Pour que Lukaku demande à être remplacé, c’est qu’il ne pouvait pas continuer car il veut tout le temps être sur le terrain, a expliqué José Mourinho après le match. Je ne pense pas que ce soit grave.Big Rom devrait déjà être apte pour la finale de FA Cup face à Chelsea dans deux semaines.

Lundi dernier, Dembélé a été contraint de quitter ses partenaires à l’heure de jeu lors du match contre Watford. Touché à la cheville, le milieu des Spurs ne devrait cependant pas être sur le flanc trop longtemps.

Martinez attend avec impatience des nouvelles rassurantes.

Blessés en cours de saison mais revenu depuis quelques temps, Toby Alderweireld n’a disputé que trois rencontres depuis février (dont deux face à des formations de D3 et de D4), Nacer Chadli n’a disputé que quatre matches cette saison tandis que Thomas Vermaelen a joué à 18 reprises mais sa fragilité physique est toujours une grande source d’angoisse.

Même s’il a offert la victoire à Manchester United de la tête face à Arsenal dimanche, Marouane Fellaini connaît une saison délicate. Gêné par de récurrentes blessures au genou, Big Mo n’a que 22 rencontres à son compteur (pour une moyenne famélique de 36,8 minutes de jeu par match).

Au niveau des méformes, on notera la petite baisse de régime de Dries Mertens, auteur de 21 buts cette saison, qui n’a plus fait trembler les filets adverses depuis huit journées. On peut également pointer du doigt le manque de temps de jeu de Thomas Meunier. Relégué sur le banc des remplaçants depuis l’arrivée d’Alves, le latéral a bien joué 30 matches (21 titularisations) mais n’a quasiment disputé aucune rencontre de haut niveau (seulement 24 minutes en 1/8ème de finale aller de Champions League contre le Real Madrid). Et quid de Simon Mignolet ? Destitué de sa place de n°1, le substitut de Thibaut Courtois chez les Diables Rouges ronge son frein sur le banc des Reds de Liverpool et n’a joué qu’un match de FA Cup depuis le 1er janvier.

Enfin, il y a les situations d’Axel Witsel et de Yannick Carrasco. Exilés en Chine dans un championnat très en-deçà des standards européens, les deux Diables vivent des débuts de championnat compliqués avec leur club respectif. Carrasco est tout simplement dernier tandis que Witsel occupe la 13ème place.

Si Martinez conserve pour l’instant sa confiance en ses deux titulaires, le sélectionneur a tout de même récemment exprimé quelques doutes pour l’avenir.

"A court terme, il n'y a pas de souci à se faire. Je l'ai bien vu avec Axel. Il n'a pas besoin d'un championnat exigeant pour atteindre son meilleur niveau. Je suis plus inquiet à propos de Yannick, pour l'avenir, explique le coach des Diables. Sa position le rend plus dépendant du championnat dans lequel il se produit."

Le manque de rythme de tous ces éléments pourrait s’avérer pénalisant lorsque le niveau de jeu exigera d’élever le tempo.

Heureusement, des certitudes… de très haut niveau

D’autres, par contre, ne devraient pas nous inquiéter outre mesure tant leur régularité impressionne. A commencer par Courtois. Le portier belge a disputé 33 rencontres en championnat, pour 14 clean sheets, et n’a pas manqué une minute des Blues sur la scène européenne. Le gardien de Chelsea est une valeur sûre de la sélection et apparait incontestablement comme un patron de celle-ci. Il n’est pas sûr de poursuivre l’aventure chez le champion anglais sortant, mais les doutes liés à son futur ne devraient plus que vraisemblablement pas le déranger durant le Mondial.

Autre élément-clé des Diables Rouges, Eden Hazard réalise également une grande saison. Le n°10 des Blues a planté 20 buts et délivré 16 passes décisives toutes compétitions confondues (équipe nationale comprise) depuis le début de la saison. Le capitaine belge est le véritable électron libre de l’équipe dirigée par Martinez. Sa capacité à déstabiliser les défenses adverses sera évidemment un atout majeur en Russie.

Kevin De Bruyne, de son côté, impressionne par sa vision du jeu. Le médian de Manchester City voit tout plus vite et mieux que tout le monde. Il sent les appels et crée les espaces. KDB a servi 20 assists, pour 12 buts tout de même, et aurait décroché le prix de meilleur joueur de Premier League cette saison si Mohamed Salah n’avait pas émerveillé la planète foot. Un peu ‘à l’écart’ cette année sous la vareuse nationale, le protégé de Pep Guardiola a retrouvé des couleurs, avec un but et deux passes décisives, lors du dernier match amical des Diables contre l’Arabie Saoudite (4-0). L’ancien Genkois n’avait plus marqué en sélection depuis 19 rencontres.

De Bruyne n’est pas le seul élément belge présent dans l’équipe type de la saison du championnat anglais cette saison : Jan Vertonghen tient également fièrement sa place. L’indéboulonnable défenseur de Tottenham, déjà honoré par cette récompense durant l’exercice 2012-2013, affiche une régularité exemplaire au haut niveau depuis plusieurs saisons. Rassurant, costaud et doté d’une bonne relance, le Belge de 31 ans est un pilier des Diables. Sa complicité avec Alderweireld est également un atout non négligeable.

Malgré ses difficultés à convaincre Martinez, Radja Nainggolan appartient aussi à la catégorie des certitudes. En tout cas au sein de son club. Titulaire à 29 reprises (sur 35) en championnat et à 11 reprises (sur 12) en Champions League, le Ninja est le moteur de l’AS Rome et impose sa patte sur sa formation. Son impact et sa grinta sont autant d’atouts prisés par tous les entraineurs du monde. Le médian est tout simplement unique.

La 28 mai, les Diables sélectionnés se réuniront au Belgian Football Centre de Tubize. Il leur restera alors une vingtaine de jours pour se mettre en ordre de marche avant leur entrée en lice face au Panama.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK