What the foot ?! (8/8) : Les Red Cougs rêvent d'une league féminine différente

Pour celles qui découvrent le foot sur le tard ou qui ont envie d’une league " plus chill que les autres ", la Belgian Babes Football League (BBFL) – renommée cette année la Belgian Bright Football League - a créé un championnat amateur, en 2013, avec 6 équipes. Elles sont aujourd’hui 46 équipes, évoluant dans trois poules.

Chaque mercredi, les Red Cougs sont au rendez-vous sur le terrain de Wezembeek-Oppem. Dans les vestiaires, le français côtoie l'anglais, le néerlandais ou encore l’espagnol et l’italien. Lola et Laurence débriefent leur dernier match. Hormis leurs cheveux blonds et leur passion du foot, les deux coéquipières n’ont a priori pas grand-chose en commun. Cette diversité, l’équipe des Red Cougs en a fait un étendard depuis sa création, en 2014. Ce qui marque aussi, c’est la volonté de gagner. Depuis plusieurs années, les Red Cougs sont habituées aux seconds rôles du championnat de la BBFL. Et comme chaque année, en 2018-2019 (dernière saison complète), leur but est clair : ramener la coupe !

4 images
« Toutes ensemble, toutes ensembles : RED COUGS ! » : ce cri d’équipe rassemble les joueuses avant chaque match. L’occasion de «libérer plein de choses» selon Delphine : « Ce que j’aime dans le foot, c’est l’adrénaline. Le rapport au corps est aussi un él © Frédéric Pauwels / Collectif HUMA

Dès l’automne, les Red Cougs enchaînent les victoires. En match, les filles se taillent une réputation “d’agressives”. N’ayant pas peur du contact, un peu trop fortes en gueule aux yeux de certaines adversaires, les filles se font convoquer à la BBFL pour un rappel à l’ordre. C’est que le leitmotiv de la league - " Play for fun " - fait loi.

La règle du Fair Play Points

Et pour taper sur le clou, une nouvelle règle est annoncée en primeur aux Red Cougs avant d’être communiquée à l’ensemble des équipes, le 17 novembre 2019 : " la BBFL lance des malus en cas de non-respect du Play for fun lors des matchs. Si une équipe obtient 3 FPP (Fair Play Points) négatifs sur la saison, une pénalité de 3 points sera imposée au classement général ". Compte-tenu des plaintes déjà remontées, les Red Cougs se voient imposer un premier FPP négatif, à effet rétroactif.

4 images
Dans les vestiaires de Wezembeek-Oppem, les Red Cougs immortalisent une victoire par quelques selfies et une bouteille de cava ouverte par Lola. D’origine espagnole, installée temporairement en Belgique, elle compte parmi les attaquantes les plus douées d © Frédéric Pauwels / Collectif HUMA

Ambiance tendue. Pour les Red Cougs, la sanction est exagérée et partiale. Elle reposerait davantage sur des on-dit et sur la sensiblerie de certaines équipes, que sur de véritables faits. " Pourquoi ajouter et imposer de cette façon une règle, alors que des cartons jaunes et rouges existent ? ", argumente Delphine. La milieu de terrain trouve que la BBFL a manqué le coche. Celui de créer une league féminine “différente”, où l’on s’interroge et où l’on invente collectivement plutôt que de reproduire des schémas sociaux qui infantilisent et hiérarchisent. Karl, le coach, et Maria, la capitaine, tentent de calmer les esprits : " C’est injuste mais on ne peut rien faire. Ils ont dit que c’était leur league et que c’étaient eux qui décidaient ".

On continue et on finira bien par l’avoir, cette coupe

Tout de même premières de leur groupe, Les Red Cougs atteignent la finale du championnat, jouée le 4 mai 2019 contre les White Walkers (WiWa). Parmi le public, les paris vont bon train. Les WiWa ont été constituées à partir des meilleurs talents, recrutés il y a deux ans dans plusieurs équipes de la BBFL. Elles y ont même intégré deux joueuses de la division 2B nationale. Les Red Cougs forment quant à elles une équipe historique et solide. Aux dires d’un spectateur, leur réputation de " crasses " sur le terrain n’a d’égale que leur attitude de " crèmes " en troisième mi-temps.

4 images
Ambiance légère et détendue pour les Red Cougs qui s'apprêtent à livrer un match en début de saison (octobre 2017). Les mots d’ordre sont la précision, la concentration, la détermination mais, surtout et avant tout, le plaisir de construire et de profiter © Frédéric Pauwels / Collectif HUMA

Il fait froid, venteux, mais la détermination est au rendez-vous. Le show aussi. Le score est ouvert par les WiWa et égalisé en première mi-temps. Les Red Cougs marquent un second goal, déclaré hors-jeu dans la foulée. Tout le monde se prépare à des prolongations. C’est sans compter sur la rapidité de Virginie Verdin, attaquante des WiWa qui - au hasard d’un rebondissement de ballon après l’arrêt de Virginie Nguyen Hoang - gardienne des Red Cougs,  scelle définitivement le score à quelques secondes de la fin du match. Une nouvelle fois, les Red Cougs s’inclinent. La déception est immense mais n’empêche pas les joueuses de fêter dignement leur fin de saison.  Le lendemain, les messages pleuvent dans le groupe Whatsapp de l’équipe : " Encore merci les filles pour ce match et cette saison ! La chance n’était pas de notre côté mais on méritait cette victoire autant qu’elles, sans aucun doute. On continue et on finira bien par l’avoir, cette coupe ! " Rendez-vous en 2021 !

 

>>> Lire aussi >>> Dans le Jharkhand, l'émancipation de la femme passe par le ballon (1/8)

>>> Lire aussi >>> En Egypte, le football permet aux femmes d'exister dans l'espace public (2/8) 

>>> Lire aussi >>> Tijuana, des balles de la drogue aux ballons de foot (3/8) 

>>> Lire aussi >>> À Molenbeek, les filles mènent la danse et le foot (4/8)

>>> Lire aussi >>> FC Gullegem: 100% féminine, 100% autonome (5/8) 

>>> Lire aussi >>> Du football féminin au football féministe en Argentine (6/8)

>>> Lire aussi >>>  Jordanie, footballeuse, avec ou sans voile (7/8)

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK