Une poule de 36 clubs, plus de matchs : la future Ligue des champions prend forme

Alors que la Ligue des champions reprend la semaine prochaine avec les huitièmes de finale, l’UEFA se penche déjà sur la prochaine formule de la compétition qui entrera en vigueur en 2024. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y aura du changement. Analyse.

La formule actuelle est assez simple : les 32 équipes sont réparties en huit groupes de quatre. Chaque équipe joue deux fois contre ses trois adversaires et les deux premiers de tous les groupes se qualifient pour les huitièmes de finale. Si le comité exécutif de l’UEFA valide la formule présente actuellement sur la table, la donne sera très différente. Oubliez les différents groupes de quatre équipes : place à une poule unique de 36 formations !


►►► À lire aussi : La Conference league, la vraie coupe d'Europe des clubs belges ?


Plus d’équipes, moins de changements

Commençons par les qualifications. Le passage de 32 à 36 participants, ne permet pas d’offrir plus de places pour les petits championnats, loin de là. Deux ou trois places seront notamment attribuées à des grands clubs qui n’auront pas réussi à se qualifier par leur championnat par ce que l’UEFA appelle le "filet de sécurité". Ces équipes seraient des équipes bien classées au coefficient UEFA qui se seraient qualifiées pour une autre compétition européenne que la Ligue des champions. Si ce système avait été en place cette saison, Arsenal et Tottenham en auraient bénéficié. Le président des Ligues européennes (EPFL), Lars-Christer Olsson, a déjà exprimé ses inquiétudes sur ce système en expliquant que cela créerait "de facto une ligue fermée".


►►► À lire aussi : L’UEFA "s’oppose fortement" à une Superligue européenne


 

Un classement illisible

Passons ensuite au fonctionnement. Tous les clubs seront désormais réunis dans une seule et même poule. Ils disputeront dix matchs lors du premier tour (contre six actuellement) mais à chaque fois contre des équipes différentes. Un calendrier sera effectué en amont pour que chaque formation joue cinq matchs à domicile et cinq matchs à l’extérieur. Il sera également établi en fonction des chapeaux de chaque équipe mais tout le monde ne pourra pas jouer contre tout le monde. Une équipe pourrait donc se qualifier pour le tour suivant en profitant d’un calendrier plus abordable sur papier car elle aura tiré les équipes des plus faibles de chaque chapeau.

À la fin des dix matchs, les huit premiers se qualifient pour les huitièmes de finale alors que les équipes classées de la neuvième à la vingt-quatrième place disputeront une sorte de seizièmes de finale dont les vainqueurs rejoindront les huit premiers. À partir de là, la formule redevient simple avec des matchs aller-retour. Le vainqueur de la compétition aura disputé en tout 17 ou 19 matchs contre treize pour le moment, dont certains le jeudi alors que ce jour est actuellement réservé aux autres compétitions européennes. Pour faire de la place dans le calendrier, l’UEFA réfléchirait même à forcer certains championnats à réduire leur nombre de participants. Ce projet intervient dans un contexte où plusieurs grands clubs menacent de créer une Super ligue européenne fermée pour maximiser les profits et l’attractivité des joutes internationales.

Pour résumer : plus de matchs, plus d’équipes, toujours les mêmes, une formule illisible et pas forcément juste pour un football toujours plus influencé par le business.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK