Stockay (D2 ACFF) ne veut pas rester à quai

Passé de la P3 à la D2 acff en très peu de temps, Stockay-Warfusée vit une période chahutée. Son président Jean-Pierre Dalla Costa tire la sonnette d’alarme.

En D2 acff, ils sont devenus majoritaires. Ils, ce sont les clubs liégeois qui, depuis l’arrivée du petit dernier Warnant la saison dernière sont à présent six dans une série qui comptera seize équipes en 2021-2022. Au sein, de ce petit groupe, Stockay-Warfusée, club de foot de la Commune de St Georges sur Meuse, à vingt-cinq kilomètres de Liège par l’E42 a connu une ascension vertigineuse depuis l’arrivée à sa tête, en 2012 d’un entrepreneur qui a ses bureaux à Villers le Bouillet et ses entrepôts à Flémalle, qui est aussi le patron de snacks à Verviers et Nandrin. Jean-Pierre Dalla Costa, 60 ans, puisque c’est de lui qu’il s’agit est un ancien joueur maison, passé par Awirs-Flémalle à l’époque des Nuozzi et autre Carisio.
Cet homme affable et attachant est parvenu à… bâtir des noyaux hissant Stockay de la troisième provinciale à la D2 acff en sept saisons !  En fêtant aussi des montées au bout d’un tour final en P3 et à chaque fois des titres en P2, P1 et D3.
La première saison en D2 acff, terminée au printemps 2020 par une sixième place a pourtant déjà un petit goût amer. Yannick Pauletti, l’homme des trois derniers titres à Stockay est parti coacher dès la fin de l’hiver l’ambitieuse équipe promotionnaire namuroise de Rochefort, attendant d’être rejoint en juin par l’adjoint Eric Thirion et le précieux trio Maxime Lambert (médian), Thibault Monmart (médian) et Jérôme Bertrand (attaquant).
Même s’il en parle peu, ce moment n’a pas fait sourire le président, pourtant vite ragaillardi par la présence du coach Philippe Caserini et l’arrivée d’éléments comme le gardien Julian Filleux et le milieu de terrain Fayssal Bourard, venus de Tilleur, le défenseur Jérôme Lahaque et le médian Giovanni Alaimo, arrivés d’Hamoir voire encore les attaquants Biatour (Durbuy), Boumediane (Pont A Celles), Colson (Aywaille) et Tremblez (Sprimont). 

"Ce sont des couillonnades"

3 images
© Tous droits réservés

La source de la vraie révolte, l’ancien vice-président et administrateur délégué de la SA qui gérait le RFC Liège au début des années 2000 sous la direction de Michel Evrard vient de la vivre avec l’annonce de la saison blanche pour 2020-2021.
En trois semaines, Stockay Warfusée a perdu huit titulaires, dont ses principaux cadres, et l’exode n’est peut-être pas encore terminée. " On me parle de fin de cycle. Mais quel cycle ? tonne le président. Ce sont des couillonnades tout cela. Ils ont été (bien) payés à temps et à heure, je les ai chouchoutés comme mes propres enfants. Début de l’année, j’avais eu une pré-réunion avec mes joueurs cadres, juste après une période de doutes quant à mon investissement futur dans le club. Je leur avais annoncé que j’étais reparti pour une ou deux années. Et voilà le résultat. "
En quinze jours-trois semaines, le capitaine Edouard Dehon (Marloie), l’attaquant Arnaud Biatour (Hamoir ou Warnant ?), les médians Giovanni Alaimo et Olivier Castela (arrêt), les défenseurs Vincent Dejoie (Warnant), Jérôme Lahaque (Sprimont ?) et Rodrigue Piette (?), le gardien Julian Filleux (Herstal) ont mis les voiles, provoquant des remous via les différents médias.
"Exact, enchaîne Jean-Pierre Dalla Costa. Je peux bien sûr comprendre que des trajets deviennent un peu longs à la suite d’un déménagement, une nouvelle charge de famille ou un décès d’un proche, mais fallait-il prendre une telle décision en février ?
Après l’annonce coup sur coup des départs de Vincent Dejoie, un des cadres et des meneurs du vestiaire depuis cinq saisons, et Arnaud Biatour, sur qui nous comptions pour finir nos actions offensives, j’ai annoncé qu’il n’en fallait plus un ou deux qui signent ailleurs.
Si cela arrivait, je partais, et ma décision était irrévocable. Je n’admets pas qu’on crache dans la soupe. Certains ne se sont pas privés de salir Stockay, voire ma personne via les réseaux sociaux en parlant de club moribond. J’avais annoncé dans un premier temps vouloir réfléchir deux ou trois jours avant de prendre une décision. Mon orgueil et ma passion ont repris le dessus. Pas question de sortir du jeu de cette manière. Je veux mettre en place une équipe capable de battre ceux qui nous ont manqué de respect ! "

Lucas Alfieri (RFC Liège), et cinq autres renforts

3 images
Le président Jean-Pierre Dalla Costa (avant plan) a fêté trois titres et quatre montées en sept saisons avec Stockay-Warfusée © Tous droits réservés

Depuis qu’il a fait revenir il y a quelques jours le gardien formé à St Trond, au Standard, Bruges et Tubize, Lucas Alfieri, 22 ans, doublure du Villersois Kévin Debaty au RFC Liège (Nationale 1), le président, aidé du coach Philippe Caserini multiplie les contacts et les rendez-vous : Bourard, Lempereur, Delmotte, Demaerschalk, Javaux, Colson, Boumediane, Boutgayout et Tremblez ont prolongé, c’est déjà une bonne nouvelle. L’hémorragie semble cette fois contenue. Nous avons besoin de deux nouveaux défenseurs, deux milieux de terrain et un attaquant. Nous voulons des joueurs qui ont faim des choses, comme, par exemple le jeune numéro 8 ou 10, Jules Gécé, de Aische. Nous l’avons rencontré. Il doit nous donner une réponse en fin de semaine. "
Les épisodes des deux dernières saisons sont calés dans un coin de tête du président Della Costa. Il a bien compris qu’on peut très vite brûler ce qu’on a adoré. Et les soucis vécus par Hamoir et Tilleur il n’y a pas si longtemps à ce niveau, avec des présidents qui tiennent à bout de bras un club, avant de se retrouver subitement aux abois, il ne veut pas que cela lui arrive d’un coup : " Discuter avec les voisins de Verlaine ou de Warnant pour un rapprochement ?  Cela n’est même pas imaginable. Il y a trop l’esprit de clocher dans le coin. Et ces derbies, c’est au moins 300 personnes autour du terrain déjà. Nous souhaitons juste renforcer la synergie avec le club d’Engis, qui dispose d’un synthétique, quand nous entretenons nos trois terrains en herbe pour conserver notre centaine de jeunes.
Je le répète : je suis encore là pour un an ou deux. Mais si d’ici ce laps de temps, de jeunes dirigeants impliqués ne viennent pas renforcer un comité qui devient vieillissant, il sera alors vraiment temps que je fasse le pas de côté. "

Celui qui donne du travail à 45 personnes insiste : les appels du pied extérieurs ne l’intéresseront plus, qu’ils viennent du RFC Liège ou d’ailleurs. Il restera l’homme de Stockay-Warfusée et pas d’un autre village ou d’un autre projet.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK