Silvio Proto: "Maintenant que tout le monde est habitué aux playoffs, ce serait moche qu'ils ne soient plus là." (PODCAST)

Silvio Proto était l’invité de l'émission "Complètement (PAS) Foot", épisode 7, ce dimanche 19 avril 2020 avec David Houdret, Pascal Scime et Nordin Jbari. Le joueur de la Lazio a notamment évoqué le confinement, la possible reprise des entraînements et du championnat en Italie. Il est également revenu sur son expérience à l'étranger et quelques souvenirs anderlechtois... 

Pour Silvio Proto et sa famille, le confinement, c'est avant tout une occasion de se rendre compte de la chance qu'on a : "Aujourd’hui, avec nos enfants, on se rend compte de la chance qu’on avait, du plaisir qu’on prenait à faire des choses quotidiennes de la vie, comme aller faire ses courses ensemble, se balader, aller voir un match de foot ou au cinéma. On se rend compte aussi qu’on n’était pas assez content avec ce qu’on avait. Alors que la liberté qu’on avait était exceptionnelle.

En Série A, on évoque la possibilité de reprendre les entraînements dans le courant du mois de mai et le championnat début juin. Pour le joueur de la Lazio, ça va être spécial : "Il y a beaucoup de temps qui est passé depuis le dernier match, le dernier entrainement. En fait, ça va me faire penser à une reprise des entraînements après un long congé. À la seule différence que pour l’instant, on n’est vraiment pas en congé. On a des programmes d’entrainement parce qu’on ne sait pas quand ça va reprendre. On doit finir un championnat qui est en cours. Ça va être très spécial. Il y a certains joueurs qui étaient blessés et qui seront de nouveau là. Il y a des joueurs qui étaient en pleine forme et qui vont se retrouver à tout recommencer depuis le départ. Au niveau du championnat, les cartes vont être redistribuées. J’espère qu’avec mon équipe, on va faire un grand parcours parce qu’on était vraiment bien occupé (ndlr : la Lazio était 2e du championnat). Mais ce n’est jamais facile de se relancer. On va devoir rattraper la confiance, la forme physique. C’est un gros pari pour nous."

Silvio Proto estime que ce n'est pas aux joueurs de se prononcer sur une reprise ou non du championnat : "En tant que joueur, on doit suivre les consignes. Mais la seule chose que les joueurs attendent, c’est que ça soit "safe" pour tout le monde. Pour la famille quand on revient de l’entrainement. Pour les supporters qui viennent voir les matches. Le football reste un sport, ça reste notre boulot. Il y a des choses plus importantes dans la vie. Je pense qu’il faut aussi avoir du respect par rapport à toutes les personnes qui sont décédées et par rapport aux familles de ces gens qui sont partis. La décision va tomber dans les prochains jours. On attend de savoir si on reprend, quand et comment. Le virus est toujours là, donc il faut être prudent. C’est un peu une une inconnue pour nous parce qu’on ne sait absolument pas comment ça va se passer."

Et de poursuivre à propos du protocole de reprise qui a été établi par des médecins italiens et qui prévoit notamment plusieurs semaines de mise au vert : "Les joueurs vont être pénalisés pour les spectateurs. Il faut savoir que tous les clubs ont besoin d’argent et que si le championnat ne reprend pas, ils ne recevront qu’une partie des droits télé. On a de la chance parce que notre club est en bonne santé financière. Mais il y a d’autres clubs pour qui ce sera vraiment difficile si on ne reprend pas le championnat. Il y a aussi une pression financière. Mais j'espère qu’on ne sera pas non plus tout le temps en mise au vert parce que ce sera aussi contre-productif pour les joueurs. Nos familles, c’est la chose la plus importante pour nous. Si on doit rester pendant des mois en mise au vert, on va péter les plombs."

Le football reste un sport. Il y a des choses plus importantes dans la vie. Je pense qu’il faut aussi avoir du respect par rapport à toutes les personnes qui sont décédées.

Le joueur belge est aussi revenu sur son départ du Sporting d'Anderlecht et ses expériences à l'étranger : "C’était mon désir de joueur toute ma carrière à Anderlecht. Je ne vais pas le cacher, tout le monde le sait. Après on sait comment ça s’est fini. Aujourd’hui, je n’ai pas de regret. Cette expérience que je vis à l’étranger, m’a permis d’élever mes enfants dans un autre pays. Et en élevant mes enfants dans un autre pays, je me suis rendu compte de la beauté de notre pays. Et après ma carrière, je reviendrai vivre en Belgique. [...] C’est vrai que sur le coup, j'ai mal vécu de partir d’Anderlecht. il m’a fallu du temps pour m’en remettre, parce que je ne voulais pas partir d’Anderlecht, c’était mon club. Mais dans la vie, je me dis toujours que tout arrive pour une raison et je retiens le positif de ces expériences que j’ai, maintenant, à l’étranger. Maintenant que j’ai vu comment ça se passe dans d’autres championnats, et que j’ai gagné aussi des trophées dans d’autres championnats, ça me fait vraiment plaisir. Si ma carrière doit s’arrêter demain, dans un an ou dans un cinq ans, je serai content de ce que j’ai fait."

Maintenant que tout le monde est habitué au système des playoffs, ce serait moche qu'ils ne soient plus là.  

En Belgique, on se dirige probablement vers une saison sans playoffs. Une bonne ou une mauvaise chose d'après lui ? "Au début, quand on a vu les playoffs arriver, on s’est demandé ce que c'était comme système. De devoir jouer une saison pour "rien" puis ensuite jouer les playoffs. Et la première saison où on a joué les playoffs avec Anderlecht, on avait 20 points d’avance sur le deuxième. Après avoir joué six matches de playoffs, on était champion. On s’est alors dit que c’était génial. Alors, c'est un système qui est difficile, notamment, mentalement. Mais d’un autre côté, ça te permet de sauver une saison. Je me souviens du dernier titre que j’ai gagné avec Anderlecht, on a perdu notre premier match de playoffs au Standard et tous les journaux disaient déjà qu’Anderlecht ne serait plus champion cette année. Puis on a tout gagné jusqu’au dernier match où on a fait match nul. Et on a été champion. Maintenant que tout le monde est habitué au système des playoffs, je trouverais ça moche qu’ils ne soient plus là."

ABONNEZ-VOUS à nos PODCASTS "Complètement Foot"!

Cliquez sur le lien correspondant ci-dessous. Bonne écoute!