Shamar Nicholson à Charleroi sous les conseils de 'tata'

Il a la taille, la couleur de peau et peut-être (souhaitons-le lui) le talent de Victor Osimhen. Shamar Nicholson est donc la nouvelle recrue du Sporting de Charleroi. Arrivé il y a quelques jours à peine, le Jamaïcain de 22 ans aura pour lourde tâche cette saison de faire oublier l’attaquant nigérian, parti rejoindre Lille début août. Comme Osimhen, il arrive de nulle part ou presque (du modeste NK Domzale, en D1 slovène) mais qui sait si, dans quelques mois, il ne sera pas à son tour la future grosse plus-value sportive (et financière) des Zèbres, passés maîtres dans l’art de dénicher les bonnes pioches du mercato.

J’aime courir comme tout Jamaïcain mais je ne suis pas un "tout" droit pour autant

On vous connait peu, vous évoluiez en Slovénie auparavant où vous vous étiez illustré sous les couleurs du NK Domzale mais le public belge ignore encore tout de vous… Dites-nous, qui est donc Shamar Nicholson ?

Je suis un joueur plutôt fort de la tête, je ne rechigne pas au travail. J’ai des grandes jambes, je suis un bon coureur comme tout jamaïcain qui se respecte mais je ne suis pas un " tout droit " pour autant, j’aime garder le ballon. J’aime provoquer les duels et je ne suis pas trop maladroit face au but.

Et personnellement, quel genre de personne êtes-vous ?

Je pense être un bon gars, plutôt jovial, j’aime rire, plaisanter, sortir quelques blagues… comme tout bon jamaïcain, j’aime la musique, j’aime danser…

Ici ça rigole, ça chante, ça danse, l’ambiance dans le vestiaire est extra !

Quelles sont vos premières impressions depuis votre arrivée à Charleroi ?

Je suis convaincu que c’est le club parfait pour moi. Les coéquipiers sont bienveillants, j’ai tout de suite remarqué qu’on avait beaucoup de choses en commun. L’ambiance dans le vestiaire est extra, ça rigole, ça chante, ça danse… tout ça me convient à merveille !

C’est un vestiaire majoritairement voire exclusivement francophone, allez-vous vous mettre rapidement au français ?

C’est sûr ici, ça ne parle pas trop l’anglais mais aucun souci. Je compte prendre des cours assez rapidement pour favoriser et faciliter mon acclimatation au club, à la ville. Là, pour l’instant c’est très sommaire je sais juste dire " bonjour ", " merci " et… " Oui oui, c’est yes, c’est ça " ? (rires).

Énormément de joueurs s’illustrent en Belgique avant de performer dans les grands championnats

Que connaissiez-vous du football belge en général et de Charleroi en particulier ?

Je dois avouer que je ne connaissais pas grand-chose de Charleroi mais j’ai fait quelques recherches sur le net et, renseignements pris auprès de mon compatriote et ami Leon Bailey qui évoluait à Genk il y a peu encore, j’ai constaté qu’énormément de joueurs se sont d’abord illustrés dans le championnat belge avant de se faire remarquer dans les grandes compétitions, en Angleterre principalement. Et évidemment, j’ai suivi et suis toujours du reste avec beaucoup d’attention votre équipe nationale dont je connais chacun des joueurs qui la compose.

Bruges me voulait, pas le Club mais l’autre équipe…

Comment vous êtes-vous retrouvé ici à Charleroi ?

Ça c’est une longue histoire (rires). Il y avait deux clubs belges qui me désiraient. Mais mon instinct me disait de venir ici. J’en ai donc averti mon agent et tout s’est ensuite accéléré.

Quel était l’autre club qui vous suivait de près ?

C’était… (longue réflexion…). Une équipe de Bruges. Mais pas le Club de Bruges, l’autre équipe (sic)

Le Cercle ?

Je ne sais plus (rires), ils portaient des maillots de couleurs " vert et noir " (sic).

C’est ma tante qui m’a convaincu d’aller à Charleroi

Vous avez préféré plutôt le noir et blanc alors mais qu’est-ce qui a fait pencher la balance côté zèbres ?

Mon intuition tout simplement, bien aidée il est vrai par les conseils avisés et toujours précieux de ma tante en Jamaïque que je consulte systématiquement. C’est un peu ma conseillère, je lui parle de tout. Elle est très importante à mes yeux. L’anecdote, c’est qu’elle est une immense fan d’Arsenal et elle m’a dit " écoute Shamar, tu vois Pepe, ce jeune de Lille là… Il a rejoint à présent à Arsenal. Et sais-tu qui l’a remplacé à Lille ? Osimhen, un joueur de Charleroi. Alors tu dois aller là-bas ! ". Alors j’ai choisi Charleroi pour emprunter le même chemin plus tard, sait-on jamais.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK