Romelu Lukaku : une saison pour mettre l'Inter Milan à ses pieds

Bilan de la saison : Lukaku
2 images
Bilan de la saison : Lukaku - © MARCO BERTORELLO - AFP

Romelu Lukaku a découvert le championnat italien cette saison. Arrivé avec l’étiquette de transfert de l’été à l’Inter, il a répondu sur le terrain grâce à son arme éternelle : le sens du but.

Lukaku, si l’Italie m’était Conte

Romelu Lukaku débarque en Italie au début du mois d'août 2019. Le Belge est désireux de laisser derrière lui son expérience à Manchester United, contrastée malgré une moyenne de buts intéressante (il est impliqué dans un but toutes les 128 minutes, en marque en tout 42 en deux saisons). Les critiques répétées à son encontre dans un club qui ne tourne pas rond par ailleurs l'ont agacé, démotivé, et lui ont donné l'envie d'aller voir ailleurs. Pas à la Juve, comme d'abord pressenti. Direction l'Inter, qui compte bien concurrencer la Vieille Dame cette saison, et qui s'en donne les moyens. Via Antonio Conte d'abord. L'ancien mentor de la Juve, de la Squadra Azzura et de Chelsea prend la tête de l'équipe, drague Lukaku, ramène plusieurs anciens de Premier League (Alexis Sanchez, Ashley Young, Victor Moses), pose son 3-5-2 en associant Big Rom et Lautaro Martinez, et part à l'assaut de ce Scudetto qui fait défaut depuis l'inoubliable saison 2010.

"But"

Romelu Lukaku est intéressé par deux choses dans le sport : gagner, et marquer. Pour sa première saison dans un championnat qu'il appréhende, Lukaku fait plus que remplir sa part du contrat : 23 buts inscrits en championnat, seulement devancé par Ciro Immobile et Cristiano Ronaldo au classement pour élire le capocannoniere. Ces deux-là restent trop difficile à joindre vu leur cadence (36 et 31 buts) et le nombre de penaltys tirés. Comme pour matérialiser ce déménagement réussi vers une autre vie, il dépasse son record personnel de buts inscrits sur une saison

Dans le jeu, Lukaku instaure une véritable complicité avec Lautaro Martinez. Lukaku est un point de fixation, Lautaro tourne autour. Le Belge trouve son compte dans les schémas presque chorégraphiés de Conte : transpercer le jeu depuis l'arrière via l'un des défenseurs centraux (souvent De Vrij) pour trouver Lukaku qui combine avec Lautaro, ou profiter de l'apport des flancs pour réceptionner les centres. En tout début de saison, tout fonctionne. L'Inter engrange les succès et s'installe en tête du championnat. 

Le premier écueil survient dès la 7e journée où l'Inter s'incline à Giuseppe Meazza face à la Juve, en concédant un but assassin de Gonzalo Higuain dans les dix dernières minutes. Lukaku comprend que le chemin sera long. Sur la route, il inscrit des buts emblématiques, comme lors du derby milanais où il vient anéantir les espoirs des Rossoneri dans les dernières minutes, enlevant son maillot pour le poser sur le piquet de corner et le brandir comme un étendard. Pour le reste, il s'intègre intelligemment dans l'effectif en invitant régulièrement ses coéquipiers au restaurant, ou en laissant le jeune Sebastiano Esposito, futur chouchou milanais, tirer un penalty. Le jeune crack de l'Inter résume : "Lukaku m'a toujours aidé. Il m'a dit qu'il me connaissait pour m'avoir vu jouer à l'Euro U17. Il m'a pris sous son aile dans le vestiaire et un rapport est né dès le début."

A l'année prochaine

L’Inter retrouvera la tête du championnat par intermittence, mais ses pauvres résultats face aux concurrents directs (0 sur 6 contre la Juve, partage contre l’Atalanta, 3 sur 6 contre la Lazio) coûteront le titre. Le club termine à la deuxième place, à un point d’une Juve qui s’est relâchée une fois le titre acquis. Les Nerazzurri auront souffert des performances d’une surprenante Lazio et d’une Atalanta qui impressionne jusqu’en Europe. Il est déjà l’heure tourner la tête vers la saison prochaine, où ils comptent une fois de plus tenter de faire chuter la Vieille Dame.

En Ligue des champions, le Diable trébuche dans un groupe avec le Borussia Dortmund et le Barça, contre qui il inscrit un but lors du match disputé en Italie. L’Inter est écarté de la Ligue des champions et devra compter sur l’Europa League pour redorer son blason sur le Vieux Continent. Pour Romelu, l’objectif est double : atteindre la barre des 30 buts toutes compétitions confondues ; et garnir l’armoire à trophée. En se projetant un peu, une finale contre Manchester United est possible. Tiens, tiens…
 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK