River Plate - Boca Juniors : La styliste des Miss Monde rhabille le sulfureux Derby

Debora Velasquez
2 images
Debora Velasquez - © RTBF

Une ferveur indescriptible, une rivalité fratricide, un bus de joueurs caillassé et une finale délocalisée... L'édition 2018 de la Copa Libertadores restera à coup sûr dans les mémoires des supporters argentins.

Le partage 2-2 lors du match aller dans la Bombonera du Boca avait garanti le suspens. Trois semaines plus tard ce suspens est devenu insoutenable et les supporters ingérables.

Pour calmer les ardeurs et assurer la sécurité des joueurs et du public la Conmebol (Confédération sud-américaine de football) a finalement choisi de faire jouer ce match sur terrain neutre à Madrid en Espagne.

Ce dimanche, ils seront environ 50.000 à assister à ce match du siècle dans le stade Santiago-Bernabéu du Real.

Loin de Madrid et encore plus de sa ville natale de Buenos Aires, Debora Velasquez attend elle aussi le match avec impatience. Cette styliste argentine a confectionné des robes pour les plus beaux mannequins du monde mais pour l'occasion, elle a rhabillé sa vitrine et ses chiens aux couleurs des deux clubs en plein cœur de Bruxelles.

"J’espère que River va gagner"

"Je suis fan de River et j’habite en Belgique depuis 18 ans", explique-t-elle avec son petit accent de circonstance. "Dans le côté droit de la vitrine, on a mis une robe de River et du côté gauche de Boca Juniors."

Et si les deux clubs étaient des robes, comment les dessinerait-elle ? "River serait une robe blanche et rouge à paillettes, toute délicate, toute romantique. La robe de Boca serait plus populaire, d’un tissus plus épais. On dit toujours que les River sont plus chics. Et les personnes de Boca plus populaires."

En Argentine le rituel est pourtant le même pour tous. "Les matches se regardent en famille tous ensemble. Le dimanche devant la télé, c’est un moment de bonheur en famille." Mais quoi qu’il arrive, cette édition 2018 de la finale laisserait un goût amer. "J’espère que River va gagner. Je vois bien un 2-1. Mais c’est dommage que ça se passe à Madrid. Et je crains que ça ne finisse encore dans la violence."

A Bruxelles, à Madrid ou à Buenos Aires, ce match du siècle s’annonce palpitant. La rivalité sera à son paroxysme sur la pelouse du Real Madrid mais aussi en tribune.

Pour l'occasion Cristiano Ronaldo (parti à la Juventus Turin) reviendra en effet s'asseoir dans le stade qu’il a tant fait vibrer. Dans les tribunes d’honneur il croisera lui aussi son meilleur ennemi, l’Argentin Lionel Messi.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK