Rétro, Philippe Albert : "Mon but contre les Pays-Bas, mon meilleur souvenir en équipe nationale"

25 juin 1994. 12h35. Il fait chaud, très chaud même à Orlando, au cœur de la Floride. 12h35, c’est l’heure inhabituelle du coup d’envoi de Belgique-Pays-Bas. Un match qui va entrer dans la légende. Un match âprement disputé devant les 62.387 spectateurs du " Citrus Bowl ". Dans les tribunes, l’orange prime nettement sur le noir, le jaune et le rouge….Même si les supporters se mélangent allègrement, chose totalement impensable aujourd’hui !

Dans cette Coupe du monde à la sauce américaine, les deux équipes, les traditionnels meilleurs ennemis, ont remporté chacune leur première rencontre de poules. Mais de justesse. 2-1 pour les Néerlandais face à l’Arabie Saoudite. 1-0 pour la Belgique contre le Maroc, but de Marc Degryse. Et sans Philippe Albert.  Mais le bouillant Bouillonnais est de retour dans le onze de Paul Van Himst pour ce fameux " derby " des pays plats ". Et il sera décisif. Tout comme son ex-équipier malinois et ami Michel Preud’homme entre les perches belges. En réalité, pour le grand défenseur ardennais, cette coupe du Monde était quasi inespérée…

J’avais connu une deuxième partie de championnat difficile avec Anderlecht. D’abord une assez grave blessure en février. Puis un accident de voiture avec mon épouse. Dans ma tête, j’avais même fait une croix sur la fin de saison. Puis, à force de travail et de persévérance, j’ai pu revenir progressivement dans le coup. Et l’épilogue a été merveilleux puisque le Sporting a réalisé le doublé Championnat /Coupe de Belgique, en battant Bruges en finale. Aux Etats-Unis, j’avais loupé le match d’ouverture face au Maroc. Je purgeais alors mon match de suspension suite à mon exclusion face aux Tchécoslovaques lors du match décisif pour la qualification…. "

 

Un but inoubliable….

Malgré la fournaise, le match tient toutes ses promesses. Il est indécis, rythmé, spectaculaire. Chaque équipe se procure des occasions, les Hollandais un peu plus que les Belges. Mais Michel Preud’homme arrête tout. Lorenzo Staelens s’offre ensuite une belle possibilité puis un but d’Enzo Scifo est, justement, refusé pour hors-jeu. On sent que cela va se jouer sur un détail. Une phase arrêtée peut-être ? 66ème minute. Coup de coin pour la Belgique, donné par Marc Degryse.

Georges Grün dévie le ballon " se souvient Philippe Albert. " Et Stan Valckx tente alors d’anticiper mais il se loupe complètement.  J’ai tout le temps de contrôler et d’adresser une volée victorieuse qui finit dans le but via le poteau. Malgré la présence de Jan Wouters, sans  doute surpris par la trajectoire du ballon. Une joie indescriptible m’envahit. Aujourd’hui encore, cela reste mon plus beau souvenir en équipe nationale. J’ai joué 41 matchs pour les " Diables " et j’ai inscrit cinq buts. Mais, celui là est vraiment inoubliable. J’ai envie de dire surtout face à des joueurs néerlandais, favoris sur papier, mais dont la confiance en soi confinait parfois à une forme d’arrogance…"

Les Belges feront le gros dos jusqu’au bout dans une rencontre devenue épique au fil des minutes. Les vagues bataves déferlent. C’est, ne l’oublions pas, une très forte équipe de Hollande alignée par …Dick Advocaat avec les frères De Boer, Rijkaard, Koeman, Overmars ou autre Dennis Bergkamp, l’attaquant-vedette de l’Inter. Dans les derniers instant de la rencontre, Preud’homme dévie un ballon très difficile sur sa transversale. Un arrêt de grande classe. MPH sera bientôt sacré meilleur gardien du tournoi et donc de la planète foot. Il obtiendra ensuite son transfert pour Benfica. A 35 ans. Malines ne pouvait raisonnablement plus lui refuser son bon de sortie…

Sous les yeux de Keegan….

Philippe Albert, lui,  marquera un second but dans ce tournoi. Mais un but pour du beurre. Le 3-2 en toute fin de match en huitièmes de finale contre l’Allemagne, à Chicago. Car, entre-temps, la Belgique, qualifiée après ses deux victoires initiales, avait loupé son troisième match, face à l’Arabie saoudite. Nul n’a oublié le raid victorieux, le slalom géant du joueur saoudien Al-Owairan qui nous marquera un but sensationnel au RFK Stadium de Washington. Mais un but  aux conséquences plus que fâcheuses pour les " Diables ". Lesquels se retrouveront  finalement troisièmes de leur groupe F, héritant dès lors de la " Mannschaft "  et non de l’Irlande à ce stade de la compétition. Mais, cela, c’est déjà une autre histoire…

 En attendant, les deux  buts et les prestations de Philippe Albert dans cette Coupe du Monde 94 ont tapé dans l’œil du consultant de la BBC. Qui n’est autre que Kevin Keegan, l’ancienne star de Liverpool devenu manager de Newcastle. Quelques semaines plus tard, Philippe Albert quitte Anderlecht pour signer avec le club anglais ". Chez les " Magpies ", notre homme connaîtra quelques saisons fabuleuses en Premier League….

Newsletter Diables Rouges

Recevez régulièrement des nouvelles de nos Diables Rouges !

OK