Red Flames : les qualifications pour la Coupe du Monde, le début d’une autre histoire…

Vous vous souvenez du 7 septembre 2012 ? Plus précisément du match Pays de Galles-Belgique, le premier match qualificatif des Diables rouges vers le Brésil ? Une campagne qui s'était ensuite achevée dans la joie (l’explosion de joie, même) de la qualification des Belges pour la Coupe du Monde 2014. C’était le début de la grande aventure de la fameuse "génération dorée", qui allait découvrir la grand-messe mondiale du football.

Eh bien les Red Flames en sont là, en quelque sorte. Au début d’une campagne qualificative avec un rêve en ligne de mire, bien ancré dans la tête de Tessa Wullaert, Janice Cayman et leurs coéquipières : celui de participer à la Coupe du Monde. Pour elles aussi, comme pour tous les joueurs de Marc Wilmots à l’époque, ce serait une première. Et l’envie est énorme !

On peut arrêter les comparaisons. Les Flames ne sont pas les Diables. Elles ne jouent pas toutes à l’étranger, loin de là (la majorité est même aujourd’hui active en Super League belge), elles ne sont pas toutes professionnelles, très loin de là (vous imaginez Thibaut Courtois travailler dans un bar quand il n’est pas entre les barres, à l’image de son homologue chez les Flames Justien Odeurs ?), elles ne bénéficient pas de toutes les facilités et encore moins des moyens déployés dans le football masculin… Mais il y a un point commun : elles sont ambitieuses et veulent elles aussi s’inviter à la table des plus grandes nations mondiales.


►►► À lire aussi : Les Red Flames débarquent sur la RTBF !


Objectif première place

Alors certes, la dernière confrontation avec les championnes d’Europe néerlandaises (1-6 en amical en avril) a montré l’écart qui sépare encore les Belges de la crème du top mondial. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas croire en cette équipe : en fin d’année dernière, pour leur dernier match officiel en date (il y a plus de neuf mois déjà !), les Red Flames avaient brillamment décroché leur ticket pour l’Euro (qui aura finalement lieu en Angleterre en 2022 au lieu de 2021, la place ayant été laissée à ces messieurs cet été), terminant pour la première fois en tête de leur groupe de qualification pour un grand tournoi. Elles devront s’en inspirer pour cette campagne-ci : même si 32 équipes (au lieu de 24 jusqu’ici) participeront au Mondial en Australie et Nouvelle-Zélande en 2023, il faudra bel et bien toujours terminer premières du groupe pour se préparer sereinement à l’embarquement vers l’autre bout du monde. Et éviter les barrages, si cruels sur la route de la précédente édition en 2019 en France (élimination en barrage contre la Suisse, sur la règle des buts marqués à l’extérieur).

Alors la Belgique (19e nation mondiale) devra se montrer solide, dès l’entame de cette nouvelle campagne, ce vendredi soir en Pologne. Et enchaîner face à l’Albanie, au Kosovo, à la Norvège (seul pays mieux classé que la Belgique au ranking mondial) et à l’Arménie. Il y a un coup à jouer, les joueuses l’ont dit dès le tirage au sort.

Emmener le public avec elles

Le sélectionneur Ives Serneels a fait quelques tests lors des six matches amicaux disputés cette année. Et même s’il est privé en ce début de saison de joueuses importantes, blessées (à l’image de Kassandra Missipo ou de Laura De Neve, la footballeuse pro de l’année), il peut compter sur ses cadres, les Tessa Wullaert, Tine De Caigny, Janice Cayman, et autres Julie Biesmans, pour ne citer qu’elles, et sur quelques "nouvelles" bien inspirées, comme Amber Tysiak par exemple.

Mais les Red Flames auront aussi besoin de l’appui du public et d’une ferveur qui a pu manquer aussi à leurs homologues masculins (tiens, on y revient…) à une époque finalement pas si lointaine. Les joueuses le méritent.

Au fait, en septembre 2012 les Diables avaient gagné 0-2 pour leur entrée en matière. Nul doute que les Flames signent pour un résultat équivalent ce soir à Gdansk, histoire de bien lancer leur campagne. Et puis après, stop aux comparaisons !

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK