Lukaku, buteur, ne peut éviter le sacre du Real Madrid en Supercoupe

Romelu Lukaku
6 images
Romelu Lukaku - © NIKOLAY DOYCHINOV - AFP

Le Real Madrid a remporté sa deuxième Supercoupe d'Europe consécutive grâce à sa victoire 2-1 face à Manchester United, ce mardi à Skopje, en Macédoine.

Après les buts espagnols signés Casemiro (24' 1-0) et Isco (52' 2-0), Romelu Lukaku a trouvé le chemin des filets dès sa première rencontre officielle sous le maillot des Red Devils (52' 2-1), rejoignant ainsi des joueurs comme Ruud van Nistelrooy, Wayne Rooney ou encore Zlatan Ibrahimovic dans le club très fermé des joueurs de Man U auteurs d'une pareille performance.

> Les Belges concernés : Marouane Fellaini et Romelu Lukaku

Pour sa première en match officiel avec Manchester United, Romelu Lukaku n'est pas gâté en première période, au cours de laquelle il touche très peu de ballons.

Le Diable Rouge s'offre toutefois une occasion juste avant la pause, mais sa reprise de la tête est captée sans le moindre problème par Keylor Navas, bien placé.

A la 54ème, juste après le second but madrilène inscrit par Isco, le nouveau N.9 des Red Devils loupe une très grosse occasion, en expédiant au dessus du but un ballon renvoyé dans ses pieds par Keylor Navas après une reprise de la tête puissante de Paul Pogba.

Dans la foulée, Marouane Fellaini, qui avait débuté la rencontre sur le banc, remplace Ander Herrera (54').

L'ancien joueur du Standard et d'Everton se montre d'emblée déterminant, en remportant un duel aérien et en arrachant le ballon avant de le céder à Marcus Rashford. Isolé par ce dernier, Nemanja Matic arme une frappe repoussée par Keylor Navas. Romelu Lukaku court vers le cuir et l'expédie au fond du but, inscrivant en passant son premier but en match officiel pour Manchester United !

Dans les dernière minutes de la rencontre, Marouane Fellaini, touché à la tête après un duel aérien avec Sergio Ramos, se crée l'occasion de remettre les deux équipes à égalité, mais sa reprise de la tête est captée par Keylor Navas. Le score n'évoluera plus : le Real Madrid s'offre la Supercoupe pour la deuxième saison d'affilée.

Le résumé de la rencontre

Le club espagnol, double tenant de la Champions League (2016 et 2017), marche décidément dans les pas du grand AC Milan, qui était le dernier club à réussir le doublé en C1 (1989 et 1990) et en Supercoupe les mêmes années.

Le Real (vainqueur de l'édition 2016 contre Séville) a décroché sa quatrième Supercoupe d'Europe, se rapprochant du record de cinq codétenu par le Barça et le même Milan.

Manchester United reste de son côté avec un seul succès dans l'épreuve (en 1991), que son entraîneur José Mourinho n'a par ailleurs toujours pas remportée.

"Actuellement, nous ne comparons pas notre potentiel aux plus grands clubs d'Europe. Donc nous allons y aller étape par étape et rester humbles", avait prévenu le roué technicien portugais. La phrase s'est a posteriori révélée plus juste que provocante.

Car les Madrilènes ont largement eu la maîtrise du jeu, alors que les Mancuniens adoptaient une tactique prudente, jouant bas, surtout en première période. En tout cas sans pouvoir s'exprimer, malgré les efforts de Paul Pogba pour animer le milieu de terrain.

De manière symptomatique, c'est Casemiro, un milieu défensif, qui a ouvert les hostilités : il a d'abord trouvé la barre de la tête sur un corner de Kroos (16') puis trop enlevé sa frappe (18'). Mais c'est surtout lui qui a défloré le score en reprenant, à la limite du hors-jeu voire en l'étant un peu, un ballon en cloche de Carvajal (24').

Lors de la finale de Champions League remportée début juin face à la Juventus Turin (4-1), le Brésilien avait déjà permis au Real de prendre l'avantage en marquant le but du 2-1.

Mourinho avait sorti une autre petite phrase aux allures de provocation, en se montrant intéressé par Bale. On ignore si ce dernier sera poussé vers la sortie (pour faire de la place à Mbappé ?), mais il s'est en tout cas montré décisif.

D'un une-deux, l'ailier gallois a offert une passe décisive à Isco qui doublait la mise (52'), avant d'expédier un missile sur la barre (61'). Il a ensuite cédé sa place pour le dernier quart d'heure.

La domination madrilène n'a été mise à mal que par les parades de De Gea : le gardien mancunien repoussait la frappe vicieuse de Benzema à ras de terre (43'), le ballon flottant de Kroos (48') ou la reprise d'Asensio (92').

Signe que le club espagnol maîtrisait son sujet, Zinédine Zidane s'est permis de ne faire entrer Cristiano Ronaldo qu'en fin de match, en remplacement de Benzema (83'). Il faut dire que le quadruple Ballon d'Or n'avait repris l'entraînement que samedi, de retour de vacances prolongées après la Coupe des Confédérations.

L'attaquant n'a pas eu le temps de s'illustrer ; juste d'envoyer un coup franc largement au-dessus de la transversale (97').

Côté MU, Lukaku, avant-centre recruté pour 85 millions d'euros en provenance d'Everton, s'y est repris à deux fois : sur une tête de Pogba repoussée par Navas, il dévissait d'abord (54'), puis parvenait à réduire le score sur une action similaire engendrée par une frappe de Matic, autre recrue mancunienne (62').

Mais l'équipe anglaise, malgré une réaction d'orgueil autour de l'heure de jeu, n'a pas vraiment semblé en mesure de troubler la machine madrilène, hormis un face-à-face avec Navas perdu par Rashford (81').

En décrochant ce nouveau titre, le Real se rassure un peu après une pré-saison morne, et avant d'aller défier le FC Barcelone dimanche pour le match aller de la Supercoupe d'Espagne.

Les Red Devils, eux, démarreront leur championnat dimanche face à West Ham.

La Supercoupe d'Europe, elle, continuera l'année prochaine son périple continental puisqu'après Prague, Cardiff, Tbilissi, Trondheim et donc Skopje mardi, elle se disputera en 2018 à Tallinn.

Le résumé de la rencontre (à 31'00'')

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK