Radja Nainggolan, la confiance te va si bien

Radja Nainggolan, la confiance te va si bien
2 images
Radja Nainggolan, la confiance te va si bien - © MIGUEL MEDINA - AFP

"Quel numéro" ! Jamais avare en titres démonstratifs, le mythique quotidien italien Gazzetta dello sport n'a pas tari d'éloges au moment de décrire la prestation d'un Cagliari taille patron dimanche. Alors qu'ils avaient endossé cette cape d'outsider qui leur colle irrémédiablement à la peau, les Sardes n'ont fait qu'une bouchée d'une Fiorentina dépassée (5-2). Et le grand bonhomme de cette rencontre se nomme Radja Nainggolan

En pleine confiance, le Ninja marche sur l'eau...et sur ses adversaires. Parce que dans son registre, quand il est en confiance, quand le mental suit, peu sont capables de le regarder dans les yeux. Et il le sait d'ailleurs. Infatigable, insubmersible défensivement ce dimanche, il a, comme souvent, ajouté sa pierre à l'édifice offensif. Le bilan comptable est éloquent : 3 passes décisives et 1 but génial en fin de match. Et là où le Belge fait très fort, c'est qu'il sait se montrer décisif dans plusieurs registres différents. Jugez plutôt par vous-mêmes.

3 assists, 3 styles différents

Sur ce premier but, Nainggolan officie en tant que pivot. Tel un handballeur, il se place quasiment dos au but et récupère une passe pour ensuite dévier subtilement le cuir en profondeur. Un assist parfait qui atterrit dans les pieds du Croate Marko Rog, qui n'a plus qu'à conclure. Première passe décisive après moins de vingt minutes pour un Ninja mordant.

Sur la troisième réalisation (et son deuxième assist personnel) des Sardes, Nainggolan se mue en ailier droit. Il est d'ailleurs à la base de l'action et auteur d'une lourde frappe que le portier florentin ne peut que repousser...dans les pieds du Ninja. En un temps, Nainggolan remet en retrait vers Giovanni Simeone, placé dans le petit rectangle. L'attaquant argentin reprend d'une subtile talonnade et enfonce Florence. C'est alors 3-0 et on ne joue que depuis...34 minutes. 

Et c'est probablement sur le quatrième but de Cagliari que le "style" et la grinta du Ninja se font le plus ressentir. Premier rideau d'une équipe locale repliée dans sa moitié de terrain, Nainggolan profite d'une approximation d'un défenseur de la Fiorentina pour récupérer le cuir aux soixante mètres. S'en suit une course verticale de plus de trente mètres avec le ballon avant une passe en profondeur précise vers Joao Pedro. Abnégation, course folle et lucidité, du Nainggolan tout craché.

Revenu au bercail après quatre années à vagabonder sur d'autres pelouses italiennes, Nainggolan reprend confiance à Cagliari. Chouchou du public sarde, taulier du vestiaire, capitaine, n'en jetez plus la coupe est pleine. Nainggolan est bel et bien chez lui à Cagliari. Et dans son sillage, les Sardes fonctionnent à plein régime et se surprennent à enquiquiner les gros (ils sont 3e de Serie A). Alors, Cagliari, feu de paille éphémère amené à exploser en plein vol dans les prochaines semaines ou vraie révélation italienne cette saison ? Difficile à dire. Une chose est sûre, avec un Nainggolan dans un tel état de grâce, les supporters sardes peuvent rêver grand.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK