Quatre ans après, Santi Cazorla est à nouveau sur pied pour la Roja

Cazorla lors de son dernier match avec l'Espagne le 13 novembre 2015
Cazorla lors de son dernier match avec l'Espagne le 13 novembre 2015 - © JOSE JORDAN - AFP

Il revient de nulle part. Ce jeudi, le nom de Santi Cazorla a été annoncé dans la liste des 23 Espagnols pour les matchs de qualifications à l’Euro 2020 aux Iles Féroé (7 juin) et face à la Suède (10 juin). La première convocation depuis presque quatre ans et une résurrection pour un joueur qui semblait perdu pour le football il y a deux ans et qui a connu un parcours du combattant pour revenir à son top.

Lorsque le staff de Luis Enrique a communiqué sa liste pour les matchs de qualification pour l’Euro 2020, un nom est ressorti bien avant les autres : Santi Cazorla. A 34 ans, l’homme aux 77 sélections avec la « Roja » a accueilli cette nouvelle comme un jeune premier : « Je suis très heureux, je reçois beaucoup de messages… Je ne m’y attendais même pas dans le meilleur des rêves. C’est presque comme la première fois, parce que c’est quelque chose d’inattendu… Je vais en profiter. C’est une très belle saison que je ne pensais pas terminer comme ça. », a-t-il confié au journal espagnol AS.

Un an avant, jamais l’expérimenté espagnol vainqueur de deux Euros (2008 et 2012), n’aurait imaginé rejouer au football voire marcher. Ses problèmes ont commencé lors d’une blessure contractée à la cheville en septembre 2013 en amical face au Chili. Cette blessure n’a pas été tout de suite soignée et le joueur d’Arsenal a joué sous infiltration pendant 3 ans souffrant toujours plus de sa cheville. Le 19 octobre 2016, lors du match de Ligue des Champions face à Ludogorets (6-0), il est sorti par son entraîneur Arsène Wenger pour être préservé. Il ne rejouera plus sous le maillot des « Gunners ».

Une cheville tenue à bout (de peau) de bras

Il a dû attendre décembre 2016 pour se faire opérer du tendon de la cheville. Cette opération s’est mal passée et son indisponibilité, prévue pour trois mois, s’est éternisée. La cicatrisation a échoué et le muscle s’est infecté. Il a ensuite subi huit opérations et a craint un temps l’amputation, son talon d’Achille ayant rétréci de huit centimètres : « Si tu arrives à remarcher un jour avec ton fils dans le jardin, tu devras déjà t’estimer heureux. », lui confiait le médecin anglais chargé de l’opération comme il l’a indiqué à l’époque dans le journal AS. Le 29 mai 2017, il a dû finalement subir une greffe de peau sur la zone du talon et on lui a prélevé un bout de peau provenant de son avant-bras droit. C’est à cet endroit qu’il avait tatoué le nom de ses enfants.

L’opération s’est révélée être un succès. S’en est suivie la rééducation puis le retour sur le terrain cette saison avec Villarreal. Au sein de son club formateur, il a peu à peu retrouvé ses sensations et a grandement contribué au maintien de son club, un temps menacé, en Liga. Ses bonnes prestations ont été salvatrices et ce 17 mai a officiellement marqué son retour au sein de l’équipe espagnole, près de deux ans après avoir failli ne plus frapper dans un ballon.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK