Ognjen Vranjes : "A refaire, jamais je ne signe à Anderlecht"

"L’enfant terrible" de la Pro League s’est confié chez nos confrères du quotidien flamand "Het Laatste Nieuws". Une interview, sans langue de bois, qui risque de faire grincer des dents du côté de Neerpede.


►►► À lire aussi : Vranjes, l’enfant terrible d’Anderlecht


Prêté par Anderlecht au Sporting de Charleroi lors du mercato hivernal, le défenseur bosnien a retrouvé la joie de jouer sous les ordres de Karim Belhocine. "Je suis heureux aujourd’hui. Je remercie Charleroi d’être venu me chercher. Peut-être que je pourrais encore prolonger mon prêt pour une saison supplémentaire".

Un message en direction de la maison mauve, qui en principe, ne devait prêter son défenseur que jusqu’en fin de saison. Le Bosnien, sous contrat jusqu’en 2022, a envie de tourner la page bruxelloise: "Je n’ai plus d’avenir chez les Mauves. Si c’était à refaire, jamais je ne signe à Anderlecht".

Le défenseur anderlechtois était revenu l’été dernier chez les Mauves après un prêt à l’AEK Athènes. On lui avait promis du temps de jeu, mais les choses ne se sont pas passées comme il l’imaginait : "En début de saison, je me suis directement retrouvé sur le banc. J’ai commencé à jouer après la blessure de Cobbaut. Je savais que c’était un remplacement. Je n’étais pas à 100% mais je n’étais pas plus mauvais que les autres joueurs de l’équipe".

Vranjes n’a donc aucune envie de retourner à Neerpede, mais il fera tout pour être payé jusqu’à la fin de son contrat. "C’est vrai que mon salaire est un argument pour rester. Donc même si Anderlecht décide de m’envoyer chez les U12, je resterai".

Vranjes, qui avait été transféré pour 3 millions d’euros, a un gros salaire. C’est justement qui a bloqué tout transfert l’été dernier : "De nombreuses équipes étaient intéressées. Les discussions ont été loin avec mon ancien club l’AEK Athènes. Mais impossible de trouver de solution parce que les clubs ne pouvaient pas s’aligner sur mon salaire à Anderlecht".

Reste à voir si Vranjes trouvera une solution pour rester une saison de plus au Stade du Pays de Charleroi, ou s’il décidera de toucher le pactole anderlechtois jusqu’au dernier cent et cela même sans jouer.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK