Nouveau coup dur pour le stade national, "un projet mort et enterré" pour Anderlecht

L'administration flamande a remis un avis négatif à la ministre Joke Schauvliege (CD&V) qui doit statuer sur la demande de permis de Ghelamco pour le parking C du Heysel. Après le rejet par l'UEFA de la candidature de Bruxelles comme ville organisatrice de l'Euro 2020, cette nouvelle annonce pourrait être le "coup de grâce au projet de stade national", rapportent L'Echo et De Tijd samedi.

Selon les calculs effectués par l'administration, le projet dépasse largement les 50.000 m² de zones récréatives, ce qui est contraire aux règles urbanistiques de la Région. En outre, les critiques sont également très sévères en matière de mobilité. Tant au niveau de l'impact sur la zone que sur les garanties, jugées insuffisantes, de liaison du projet aux transports publics et aux infrastructures destinées aux piétons et cyclistes.

Toujours dans l'Echo, Jo Van Biesbroeck, directeur général d'Anderlecht, s'exprime pour la première fois sur le projet. Son verdict est sans appel : "Pour nous, cet Eurostadium est mort et enterré."

Lors de la conférence de presse de l'officialisation du rachat d'Anderlecht fin décembre, Marc Coucke avait affirmé qu'il n'envisageait pas de voir son futur club résidé dans l'hypothétique futur stade national.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK