Nordin Jbari : "Karim Belhocine a marqué de sa griffe cette équipe"

Nordin Jbari : ""
Nordin Jbari : "" - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Ce dimanche soir dans "Complètement Foot", David Houdret, Pascal Scimè et Nordin Jbari sont revenus sur le 18/18 historique engrangé par le Sporting de Charleroi en ce début de championnat. Ils ont notamment évoqué la personnalité de Karim Belhocine mais aussi les choix qui attendent la direction des Zèbres en cette fin de mercato.

Pascal Scimè est revenu sur la personnalité de Karim Belhocine : "J'entends bien Karim Belhocine qui ne se sent peut-être pas aux yeux du monde du football, légitime ou suffisamment légitime pour être entraîneur. C’est superbe les paroles qu'il a eues vendredi après le match, où il a mis son groupe en avant, etc. Mais maintenant, j'ai envie de dire à Karim Belhocine qu’il ne peut plus se cacher. On peut être modeste, mais à un moment tu es en tête du championnat, l'équipe a assimilé parfaitement les principes de jeu, l'équipe est cynique au possible. Ce que j'adore pour l'instant chez cette équipe de Charleroi, c'est que quand elle a envie de marquer, elle marque. Et quand elle sent qu'elle est un peu bousculée, c'est là qu'elle est encore plus dangereuse. Elle sait gérer ses temps faibles et ses temps forts. Et donc j'ai envie de dire à Karim 'tu as ta place dans ce business. Oui les joueurs courent, mais c'est toi la tête pensante. Alors, tu as la matière première, tu as un super navire, mais c'est toi le capitaine du navire'."  

Et Nordin Jbari de poursuivre sur le caractère du coach carolo : "Je pense qu'il est humble, c'est une belle vertu. Mais en même temps, il a marqué de sa griffe cette équipe. Évidemment, il y a eu du travail avant à Charleroi. Il y avait Mazzu, il y a Mehdi Bayat aussi. Mais il y a différentes choses très intéressantes où l'on voit la griffe de Karim. C'est d'abord son changement lui-même, c'est-à-dire de mettre Morioka. Quand Diandy se blesse, alors qu’il y a 2-3 ans Karim aurait mis un autre récupérateur et pas un producteur de jeu, il l'a fait. Ça veut dire que lui-même a évolué. Puis, je l'ai dit dès le premier match du championnat, repositionner Kayembe en back gauche, c'est franchement top. Pour moi, ça va être le meilleur back gauche du championnat belge. Il est costaud, il est dur sur l'homme, il est rapide, il est bon techniquement. Rien que ces deux griffes-là, c'est intéressant. Et puis la troisième, même si vous allez me dire qu’il y a aussi la direction, c'est remettre Rezaei dans le bain alors que ça a été mal à Bruges. Il y a Nicholson aussi, qui commence à prendre sa place dans cette équipe. Il était déjà bon mais il lui manquait parfois l'envie de se mettre en position de frappe. Et puis, le plus important pour Karim, c'est d'être le "vrai Karim" avec ses joueurs. Et là, croyez-moi, il y a des gueulantes, il y a des remises en question, il met parfois la pression, ils le savent. Il a aussi ce caractère un peu bouillant."

Pascal Scimè s'interroge également sur la fin du mercato du côté carolo : "Il reste deux semaines. On est en pleine crise sanitaire et en pleine crise financière, il ne faut pas l'oublier. On sait que les bons attaquants, ça ne court pas les rues. S'il y a une offre pour Shamar Nicholson ou pour un autre, qu'est-ce qu'on va faire à Charleroi ? Parce qu'il n'y a pas que le sportif. Tu es en tête du championnat, mais est-ce que tu peux te permettre aujourd'hui de refuser une offre canon ? Plus de 10 millions d'euros pour Shamar Nicholson par exemple, ou une offre pour Morioka ou pour Marco Ilaimaharitra. C'est là aussi qu'on va voir quelles sont les intentions réelles du Sporting. Alors moi, je ne suis pas contre. S’il y a une super offre, le joueur est gagnant, le club est gagnant, tout le monde est gagnant, mais il faut qu'il y ait un remplaçant à la hauteur."

Pour Nordin Jbari, la direction de Charleroi se trouve peut-être à un tournant dans sa politique : "C'est intéressant parce que Mehdi Bayat a toujours dit qu'il y avait un projet. Quand ça allait bien, il avait même expliqué qu'il était en avance sur le projet. Et il a toujours expliqué que c'était très important que le budget du club soit sain. Maintenant, il y a un tournant. Que faut-il faire ? Est-ce qu'il faut continuer la politique qu'ils ont mené jusqu'à maintenant ? Ça a bien marché, on le voit avec Osimhen par exemple. Ou alors est-ce qu’on se dit qu'on a l’ambition de se battre avec Bruges pour être champion ou qu'on est content si on est dans les 4 ? S’ils ont cette ambition d'aller chatouiller Bruges, ils ne vendront pas Nicholson. […] Ça dépendra aussi de l’Europa League, bien sûr. Parce que ça amène aussi de l'argent dans les caisses. Il y a plusieurs matches, il faut avoir un noyau étoffé et ne pas s'en libérer. Maintenant, je sais que c'est compliqué pour Mehdi s’il y a une belle offre, ce n'est pas que l'argent, c'est le business sportif. Parce que jusqu'à présent, ça a bien marché de trouver des gens qu'on ne connait pas, leur donner une vitrine, les faire grandir et les vendre par exemple à 12 millions à Lille. Et puis après, ça part à 60-80 millions à Naples. Je ne crois pas qu'il y ait un club belge qui ait fait ça à part Charleroi. Donc ce sera intéressant de voir si on se dit qu'on est plus ambitieux que d'habitude, c’est-à-dire qu'on va essayer de chatouiller Bruges, ou si on est content si on est dans les playoffs, même si cette année c'est à 4. Donc là, on va voir un peu l'évolution, peut-être, de la direction de Charleroi." 

ABONNEZ-VOUS à nos PODCASTS "Complètement Foot"!

Cliquez sur le lien correspondant ci-dessous. Bonne écoute!

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK