Mehdi Bayat : "Pas question de jouer l'Europa League ailleurs qu'à Charleroi"

Mehdi Bayat s'est adressé à ses supporters... et n'a pas hésité à montrer l'exemple
Mehdi Bayat s'est adressé à ses supporters... et n'a pas hésité à montrer l'exemple - © Facebook Royal Charleroi Sporting Club

Au lendemain des décisions entérinées par l’Assemblée générale de la Pro League, Mehdi Bayat a enfilé sa casquette de dirigeant du Sporting de Charleroi ce samedi. Il a pris la parole pour aborder plusieurs thématiques et répondre à quelques questions de supporters sur la page Facebook du club carolo, troisième du classement définitivement arrêté pour la saison 2019-2020. L’occasion de parler du futur, du stade, des joueurs (présents et peut-être à venir), et de rappeler aux supporters que le football ne pourra réellement reprendre ses droits que quand la situation sanitaire sera sous contrôle, grâce aux actions de tous. Morceaux choisis.

Mehdi Bayat a tout d’abord tenu à féliciter Bruges pour son titre de champion, ainsi que Gand qui termine deuxième avec un point d’avance sur les Zèbres, troisièmes. "Dans cette situation exceptionnelle, il fallait se positionner avec justesse et en respectant au maximum l’éthique sportive", précise l’homme fort carolo. "La compétition s’est arrêtée à la 29e journée, il était logique et mérité que Bruges soit champion. Et pour respecter l’éthique, il fallait aussi un descendant, donc Waasland-Beveren qui était le moins bien classé."

La fin du championnat avant les playoffs a également un impact sur les supporters qui avaient déjà acheté un abonnement pour les playoffs 1. Mehdi Bayat tient à les rassurer : ils pourront déduire ce montant en cas de réabonnement pour la saison 2020-2021. Si certains ne souhaitent pas se réabonner, chaque cas sera analysé et des remboursements seront possibles.

A ce stade, les rassemblements de masse étant interdits jusqu’à la fin du mois d’août, il est fort possible que les matches doivent dans un premier temps être joués à huis clos, "Si c’est le cas, il y aura une compensation pour les abonnés qui rateront ces matches-là", précise Mehdi Bayat, qui n’écarte pas non plus l’idée de recommencer, éventuellement, dans des stades avec une capacité réduite. "La santé des supporters et des personnes présentes au stade est la priorité. Toute décision se prendra en concertation avec les autorités, et avec les virologues."

Pas d’obligation de vendre des joueurs

Mehdi Bayat ne s’en cache pas : son Sporting souffre financièrement à cause de cette crise du coronavirus. Et peut-être même encore plus que d’autres, puisque Charleroi fait partie des clubs qualifiés pour les playoffs 1 qui ne pourront donc pas compter sur les recettes espérées. "La situation est compliquée. Mais la bonne santé du club depuis plusieurs années a permis d’absorber le choc, d’une certaine manière, et donc les projets ne sont pas remis en question… Il n’y a pas d’obligation de vendre des joueurs, par exemple." Mais il ne faudrait pas, néanmoins, que la situation s’éternise : "Si malheureusement on ne peut pas rejouer avec du public avant septembre ou au-delà, alors ça aura évidemment un impact sur les finances du club. Nous devons rester attentifs."

A propos de finances et de projets, Mehdi Bayat tient aussi à préciser que le dossier du nouveau stade carolo n'est pas abandonné pendant la crise : "Nous avons pris du retard mais nous continuons à travailler avec nos architectes, nous avons des réunions à distance pour essayer notamment de respecter les délais." L'espoir des Zèbres est toujours de pouvoir galoper dans leur nouveau stade en août 2024. En attendant, le Stade du Pays de Charleroi est aux normes pour accueillir des matches préliminaires d'Europa League, mais des travaux seront nécessaires si le club dispute la phase de poules. "Nous ferons tous les efforts et investissements nécessaires pour que Charleroi puisse jouer ses matches de phase de poules dans son propre stade. Impossible d'envisager aller jouer ces matches, pour la première fois de notre histoire, ailleurs qu'à Charleroi", précise le boss carolo.

Un mercato dans la continuité

Malgré la qualification pour la Coupe d’Europe, Charleroi ne veut pas perdre son âme. La politique de stabilité du club reste prioritaire : "Nous sommes un des clubs les plus stables d’Europe", rappelle Bayat. "J’ai lu un article récemment qui expliquait que nous avons utilisé 62 joueurs seulement sur les 3 dernières années. Nous sommes le club le plus stable de Belgique à ce niveau-là et on va continuer dans cette même logique." La participation aux poules de l’Europa League viendra sans doute un peu modifier les plans, puisque le Sporting évoluera alors sur trois fronts (championnat, Coupe, Coupe d’Europe) et le noyau devra alors être plus étoffé, le chef d’orchestre carolo en a conscience. "J’ai eu une discussion avec Karim Belhocine concernant le noyau pour la saison prochaine, il était entièrement d’accord avec moi sur la priorité de garder un maximum l’effectif intact. Nous avons reçu différentes offres pour des joueurs mais elles ne correspondent pas aux attentes, et puis les joueurs se sentent bien à Charleroi. Ils ont envie de vivre l’expérience européenne pour laquelle ils se sont qualifiés tous ensemble."

Avec Rezaei, Penneteau et… Gillet ?

A ce titre, Mehdi Bayat évoque l’avenir de quelques joueurs : il précise que les discussions seront enclenchées avec le Club de Bruges en ce qui concerne Kaveh Rezaei et un nouveau prêt n’est pas à exclure, voire une autre solution. La volonté est également là en ce qui concerne Nicolas Penneteau, qui est lui en fin de contrat. "J’ai eu une discussion avec "papy Nico", qui a continué d’enchaîner des matches exceptionnels. Il y a la volonté de continuer, même si avec Rémy Descamps nous avons aussi un excellent deuxième gardien qui pousse derrière. Mais il y a une volonté claire de continuer avec Nicolas Penneteau, qui a lui aussi je pense la volonté de terminer sa carrière à Charleroi, cette saison ou la prochaine."

Et Mehdi Bayat n’écarte pas la piste d’un éventuel renfort, suggérée par de nombreux supporters : celle de Guillaume Gillet. "C’est un joueur exceptionnel, de 36 ans, expérimenté. Ça peut être une possibilité. On verra, mais je pense savoir qu’il a l’envie de rentrer en Belgique, alors si on peut s’entendre, pourquoi pas. Quand on a la chance d’avoir un garçon de son expérience en tout cas il faut au moins l’analyser." Un réel appel du pied envers l’ancien Anderlechtois...

Le grand défi de l’équipe dames

Le patron carolo a aussi tenu à évoquer la nouveauté de la saison prochaine au Sporting : la section féminine. : "Au départ il s’agissait juste d’avoir cette nouvelle équipe en SuperLeague féminine. Ça ne sera pas facile, c’est un vrai challenge, on part de zéro." Mais les "Zébrettes" pourront compter sur un président expérimenté, en la personne de Gérard Linard, l’ancien président de l’Union belge. "Et nous avons aussi décidé d’intégrer avec nous la Girls Foot Academy, structure bien connue dans la région de Charleroi. Elle fait maintenant partie intégrante du Sporting de Charleroi. C’est un projet exceptionnel pour permettre à toutes les filles de la région qui veulent jouer au foot de le faire dans un cadre agréable et avec des moyens."

Enfin Mehdi Bayat n’a pas manqué de rappeler régulièrement à ses supporters que tout le monde avait une vraie responsabilité sociétale pendant cette crise. "Nous devons être solidaires les uns les autres pour espérer revenir à une vie normale le plus rapidement possible. Est-ce qu’il faudra venir avec des masques au stade ? Peut-être. On prendra en tout cas toujours toutes les mesures nécessaires pour vous protéger, c’est notre priorité. La santé n’a pas de prix." Et l’administrateur-délégué du Sporting a joint le geste à la parole, puisqu’il a terminé sa discussion en enfilant son masque avant de se lever…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK