Mehdi Bayat : "Nous terminerons peut-être juste la phase classique"

Invité (par vidéoconférence) dans le Week-end Sportif, Mehdi Bayat le président de la Fédération (et administrateur-délégué du Sporting de Charleroi) a évoqué le futur du football belge, tant au niveau des clubs que de l’équipe nationale. Interrogé sur la possibilité de terminer les championnats, il a confié que plusieurs scénarios étaient à l’étude, notamment celui de ne disputer que la phase classique (il reste une seule journée entière à jouer). Mais rien n’est encore tranché :

"On vit une situation de crise, une situation que personne ne pouvait imaginer. On est dans un scénario de science-fiction ici en Belgique, et je pense qu’en Italie ils sont dans un scénario de film d’horreur. Le monde du foot est également touché et il faut évidemment pouvoir répondre à toute situation de crise. La seule chose que je peux vous dire aujourd’hui c’est que la Fédération, la Pro League et toutes les ailes (football amateur francophone, football amateur néerlandophone) sont en train de travailler ensemble dans une cellule de crise, pour essayer d’apporter des réponses que tout le football belge attend."

 

Certains pays (comme la France par exemple) négocient déjà avec l’UEFA la possibilité de terminer les championnats en juillet, voire en août, ou encore la possibilité de reculer le mercato estival. A quoi doit-on s’attendre en Belgique ?


"La seule certitude aujourd’hui, c’est qu’on pourra terminer les matches de nos championnats jusqu’au 27 juin au plus tard. Mais c’est la seule chose que l’on sait pour le moment. Et tout sera dépendant de notre bataille solidaire à tous contre le coronavirus. N’attendez pas de moi une autre réponse plus claire. Les managements de la Fédération et de la ProLeague travaillent sur différents scénarios, basés sur le moment où on pourra reprendre nos entraînements normalement. Il ne faut pas oublier qu’on ne peut pas commencer un match à haute intensité sans une préparation d’au moins 4 à 5 semaines… Et en ayant eu, en plus, une période "creuse" de plus d’un mois. C’est pourquoi nous devoir établir différents scénarios avec ces infos-là et ensuite, à partir du moment où les entraînements pourront reprendre normalement, définir ce qu’il nous restera comme temps. Ce sera peut-être éventuellement juste terminer la phase classique, peut-être simplement jouer la finale de la Coupe de Belgique, ou faire en sorte que la finale de Division 1B puisse se jouer… On verra. Et tous ces scénarios sont tous aujourd’hui analysés sous toutes leurs formes et coutures par le management de la Fédération et de la ProLeague."

 

Plusieurs clubs (comme le Standard ou Zulte-Waregem) ont mis une grosse partie de leur staff au chômage technique pour raison de force majeure. Où en êtes-vous par rapport à ça à Charleroi ?

"A Charleroi pour le moment l’équipe professionnelle continuer à travailler, je dirais sous forme de " télétravail ". Les joueurs sont chez eux, ont un programme, tout le staff travaille au quotidien en leur envoyant le nécessaire pour qu’ils puissent effectuer cette tâche-là. Mais il est bien évident que si le confinement continue au-delà du 3 ou du 4 avril comme c’est prévu pour le moment, nous devrons évidemment revoir aussi les cartes de notre côté."

 

Et puis il y a donc eu aussi la grosse information de la semaine, le report de l’Euro 2020 à l’année prochaine. Quel est votre sentiment global ?

"Le report me semble tout à fait logique. Il était inenvisageable de pouvoir jouer cet Euro vu le contexte dans lequel nous sommes, et étant donné aussi les commentaires des experts qui nous disent qu’il serait quasiment impossible de pouvoir reprendre ne serait-ce que des matches d’entraînement avant peut-être un mois ou un mois et demi. Donc c’était la meilleure chose à faire au niveau de l’UEFA."

 

Qu’en est-il du contrat de Roberto Martinez (dont la reconduction était prévue) ?

"Vu le contexte, je pense que c’est un petit peu le dernier de nos soucis pour le moment. Nous sommes dans une crise majeure. La seule chose que j’ai déjà répété à de nombreuses reprises c’est que les relations avec Roberto Martinez sont extrêmement bonnes, lui-même a dit il n’y a pas très longtemps que les contacts étaient très bons. Donc sortons d’abord de cette crise du coronavirus. C’est la priorité je pense pour nous tous. Et ensuite nous prendrons les dossiers en mains avec beaucoup de plaisir, pour pouvoir les régler."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK