Diego Maradona décède d'un arrêt cardiaque à l'âge de 60 ans

Diego Maradona est décédé à l’âge de 60 ans d’un arrêt cardiaque. Le plus grand joueur argentin de l’histoire avait été opéré début novembre d'un hématome sous-dural à la tête. Opéré avec succès, le champion du monde 1986 avait quitté l'hôpital le 11 novembre dernier.

Une légende du football

En dépits de tous ses excès, Maradona, c’était une légende du football qui avait deux rêves. Disputer une Coupe du monde et la gagner. Un rêve qui se réalise en 1986, année où les Diables Rouges atteignent les demis, éliminés par l’Argentine justement.

Né à Buenos Aires, Maradona restera à jamais le "diez", le numéro dix, capable de marquer les plus beaux buts de l'histoire, à l'instar du roi Pelé, finalement son seul rival. 

Et malgré un Mondial 1982 raté et une Coupe du monde 1990 perdue en finale et marquée par les sifflets italiens à son encontre, Diego Maradona (34 réalisations en 91 sélections) a aussi été élu meilleur joueur de l’histoire des Coupes du monde par le Times, devant Pelé et Beckenbauer.

El Pibe de oro

Issu des quartiers pauvres de Buenos Aires, le "Pibe de oro" ("gamin en or") est tombé dans le chaudron de la Bombonera, le stade du club Boca Juniors, quand il était petit.

Dribbleur hors pair capable de mystifier les défenses, Maradona restera le symbole et capitaine incontesté de l’Argentine. Sous les couleurs de l’équipe nationale pendant 17 ans (1977-1994), le légendaire numéro 10 a marqué 50 buts en 115 matches et offert à son pays la deuxième Coupe du monde de son histoire en 1986.

Deux images résument sa vie. La première remonte à 1986, un soir de finale de Coupe du Monde, dans le mythique stade Aztèque de Mexico, où le joueur de 1,65 m n’est qu’un immense sourire brandissant le trophée mondial. Il est au sommet de son art. Et la seconde, avec son but inscrit de la main contre les Anglais en quarts de finale a fait hurler de joie tout un peuple qui a accepté l’explication improvisée et géniale de Maradona : "la main de Dieu".

Il n’y a pas qu’en sélection que Maradona a fait parler de lui. En club, après avoir goûté à la drogue dans le barrio Chino de Barcelone, où il a joué deux saisons (1982-1984), son accoutumance n’a pas faibli pendant ses années de gloire à Naples (1984-1991), club où il est adulé pour lui avoir fait gagner les deux seuls titres de champion d’Italie de son histoire, en 1987 et 1990.

Mais Maradona a payé cher cette célébrité qu’il n’a jamais su gérer. Sali par les scandales, sous le coup d’une suspension de deux ans pour un nouveau contrôle positif en 1994, il quitte officiellement le monde du football, à 37 ans, le jour de son anniversaire.

Joueur, mais aussi entraineur

Nommé sélectionneur de l'équipe d'Argentine en 2008, il est écarté deux ans plus tard pour mauvais résultats. Par la suite, il entraînera deux clubs émiratis avant de s'engager en tant que président du club bélarusse du Dinamo Brest (D1) en 2018.

La même année, il devient entraîneur des Dorados de Sinaloa (D2 mexicaine) avant d'en claquer la porte avec fracas huit mois plus tard à cause d'un pénalty non sifflé pour son club. Maradona dans toute sa splendeur...

"Rebelle, héros, tricheur, Dieu" : 2 heures inédites avec le phénomène Maradona

Après avoir dressé le portrait d’Ayrton Senna et d’Amy Winehouse, le réalisateur britannique d’origine indienne Asif Kapadia s’était attaqué au Dieu argentin du football, à travers un documentaire intitulé 'Diego Maradona : Rebelle, héros, tricheur, Dieu". Deux heures inédites et remplies de vives émotions sur les traces du célèbre numéro 10, de Naples aux Mondiaux 1986 et 1990. De la gloire à l’enfer aussi.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK