Les Diables Rouges ont péché, mais "un truc de ouf !"

Chaque lundi, Pure Banquette ramène dans le Drive sur Pure FM les sensations du gazon, les odeurs de sueur, les gestes techniques du langage. On décale le terrain et on évoque de manière totalement arbitraire le ballon rond et plus encore. Vidéocast.

Il y avait le Diable en chacun des footeux ce week-end. Ça a permis de déplacer le froid glacial qu’ont apporté avec eux les Estoniens et de transformer la Belgique en un environnement enflammé, endiablé et endiablant. Oui ! Notre équipe nationale a fait de son jardin un enfer pour ses adversaires, et des braises des bas-fonds un doux réconfort. Fort, comme ils se sont affichés face à la terrible Estonie, 119e nation au classement du foot qui ne ressemble à rien.

8-1. "C’est un assassinat !", aurait clamé un certain média. Mais non. Il s’agit juste de suprématie. Comme la facilité de jouer de notre Eden. "Je suis bon pour le moment, je suis décisif dans chaque match, je suis simplement bon." Humilité. Simplicité. Le Diable est clairement en lui et ce n’est pas par hasard. Le Malin choisit ses proies et il a jeté son dévolu sur nos gars.

Pour le reste, c’était du grand art. Du plaisir transformé en vice. Les observateurs sont convaincus. Mertens, lui, s’est gavé. Deux buts et demi. Repu, il ne se sent plus. Il a l’ivresse et qu’importe son âge. "J’ai 29 ans, mais je me sens comme si j’avais 18. Mais quand on voit Timmy Simons, 39 ans, il est encore fit, un truc de ouf !" Ça devient coquin. Ça devient gênant. Envie, gourmandise et maintenant luxure. On ne les arrêtera plus.

Pourtant quelques jours avant, ils ont été un peu stoppés dans leurs ébats contre les Pays-Bas. Ils ont péché par paresse. Un amical contre des Oranjes en pleine semaine. Les feux des projecteurs n’étaient pas assez braqués sur eux. Orgueil quand tu nous tiens.

Nos Démons du ballon rond avaient la tête ailleurs. Même Thorgan, le frère de l’autre. "Une pensée pour la famille, je pense qu’ils doivent être très contents. Un bisou aussi à ma femme et à mes enfants que j’aime très fort." Meugnon, mais encore un qui passe ses messages, tranquille.

Ce n’est pas top de ne pas être focalisé sur sa rencontre. Tout cela est la preuve qu’il y a une partie d’ange en chaque Diable. On évite le mélodrame, car le seul drame est de ne pas avoir de match des Diables tous les jours. Si vouloir tout gagner est un péché, alors l’enfer sera de noir, de jaune et de rouge coloré.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK