Les 5 infos marquantes que vous ne pouviez pas manquer ce week-end

Les 5 images sportives du week-end
Les 5 images sportives du week-end - © Belga Image et RTBF.be

Vous n'étiez pas attentifs, vous avez manqué les événements sportifs du week-end ou vous souhaitez simplement les revivre ? Retrouvez ici les cinq informations marquantes des dernières heures...

Eden Hazard, Dries Mertens et Romelu Lukaku brillent à nouveau

Samedi après-midi. Romelu Lukaku a été étincelant lors du match qu'a disputé Everton contre Bournemouth (6-3). Le Diable Rouge a été omniprésent, marquant à lui seul 4 buts et réalisant une passe décisive. Avec ces quatre pions en plus, il prend la place de meilleur buteur de la Premier League, avec 16 réalisations. Il dépasse Alexis Sanchez et Diego Costa (15).

Inarrêtable, décisif et spectaculaire, Dries Mertens est en lévitation ces dernières semaines. Ce samedi, les Partenopei ont laminé Bologne et Drieske s'est offert un nouveau triplé, son troisième cette saison. Une performance unique pour un joueur étranger lors d'une même saison de Série A. Cerise sur le gâteau, avec 16 réalisations, il s'est installé en tête du classement des buteurs du championnat italien devant des attaquants comme Higuain (Juventus), Dzeko (AS Rome) ou Icardi (Inter Milan).

Eden Hazard a encore fait étalage de son talent face à Arsenal. Déjà très en jambes en première période, Hazardinho a réalisé une action somptueuse pour s'en aller inscrire son dixième but de la saison en Premier League à la 53e minute. Un raid de 50m, du pur bonheur. Le Diable rouge a hérité du ballon sur la ligne médiane. La suite est un mélange de talent, de technique, de puissance et de sang froid. Koscielny, effacé à deux reprises, Coquelin et Mustafi ont tout tenté pour arrêter notre compatriote. En vain. Petr Cech n'a pas été plus en réussite sur l'envoi croisé et précis du joueur formé à Lille.

Le Standard sombre encore un peu plus

Samedi, 19h52. Battu sèchement (0-3) à domicile par Courtrai, le Standard tombe sous les coups du duo Chevalier-Saadi et quitte Sclessin sous les coups de sifflets du public. Au classement, le Standard est 9e, avec sept points de retard sur le top 6. On voit mal comment les Liégeois peuvent remonter la pente.

En interne, on se lâche… "On a vu un Standard indigne! Si on a la chance de jouer au Standard, on doit avoir la force morale pour pouvoir porter ce maillot. Ce soir, cela n’a pas été du tout le cas. On a l'impression que quand on joue à Sclessin, il y a plusieurs joueurs qui évoluent avec des "pampers". Et ça, c’est un problème. On doit avoir la fierté de jouer pour ce club et mouiller le maillot. Même quand c'est difficile ", confiait Olivier Renard, directeur sportif des Rouches, au micro de notre collègue RTBF Pierre Deprez.

Entretien exclusif avec Thierry Henry

Dimanche, nous vous avons proposé de découvrir un entretien exclusif avec Thierry Henry, T3 des Diables rouges. L’ex-attaquant vedette de l’équipe de France, champion du monde en 1998 et vainqueur de l'Euro en 2000, s’est livré pour la première fois depuis son intronisation au sein du staff de Roberto Martinez, sélectionneur fédéral belge.

L’ancienne gloire des Gunners a balayé de nombreux sujets : les Diables rouges, le métier d’entraineur, la Coupe du monde 2018, Zinedine Zidane, Eden Hazard ou encore Kevin De Bruyne.

Steve Darcis, "Monsieur Coupe Davis" a encore frappé !

Dimanche, 16h12. Steve Darcis prend le meilleur sur Alexander Zverev, le N.1 allemand et engrange le point décisif, celui qui qualifie la Belgique pour les quarts de finale du Groupe Mondial. Le Liégeois s’impose en quatre sets 2-6, 6-4, 6-4, 7-6 (10/8) et décroche sa 20e victoire dans cette compétition. Darcis avait déjà montré la voie vendredi en dominant Philipp Kohlschreiber au bout du suspense.

Le Cameroun renverse l'Egypte, New England fait de même avec Atlanta

Dimanche, 22h09. Les jeunes "Lions indomptables" ont enfin pris leur revanche sur les "Pharaons" ! Le Cameroun, entraîné par le Belge Hugo Broos, a réussi à renverser l'Egypte (2-1) en finale de la CAN 2017 pour s'offrir le 5e titre de son histoire et réduire l'écart avec son adversaire au palmarès de la compétition, dimanche à Libreville (Gabon). Défaits lors de ses deux face-à-face en finale contre les "Pharaons", d'abord en 1986 (0-0, 5-4 t.a.b.) puis en 2008 (1-0), les Camerounais ont enfin su battre leur bête noire grâce à des buts de Nicolas Nkoulou (59e) et de Vincent Aboukakar (88e), entrés en jeu.

Lundi, 4h25. New England remporte pour la 5ème fois de son histoire le Super Bowl, la prestigieuse finale du Championnat de football américain, au terme d'un incroyable et inédit retournement de situation face à Atlanta, battu 34 à 28 en prolongation. Les Patriots ont pris le dessus sur les Falcons, mais ils sont revenus de très loin, devant plus de 100 millions de téléspectateurs et 70.000 spectateurs dans le NRG Stadium.

Bonus 1 : l’assist génial d’Ousmane Dembélé

Tel un courant d'air, Ousmane Dembélé a déboulé sur le flanc droit samedi soir, a enrhumé deux joueurs de Leipzig avant de déposer un caviar sur le front de Pierre-Emerick Aumbameyang. Une action fantastique amorcée par un contrôle soyeux et prolongée par deux coups d'accélérateur Boltesque, ou quand le mouvement qui amène le but est plus marquant que le goal lui-même. Même le buteur en convient. Le geste du Gabonais en direction de son équipier est là pour en attester. Et pour ne rien gâcher, ce but, le seul de la partie, a offert les trois points à Dortmund.

Bonus 2 : les ratés de Chris Bedia et Yohann Boli

Une occasion galvaudée par l'avant des Zèbres, Chris Bedia, samedi après-midi à Bruges. Sur un centre en retrait de Marinos, Bedia, seul au petit rectangle, sans personne devant lui, a envoyé le ballon au-dessus du but de Butelle.

Un raté qui a inspiré Yohann Boli, attaquant du STVV, qui se déplaçait à Westerlo dimanche soir. En première mi-temps, l’attaquant trudonnaire récupère le ballon aux abords du petit rectangle suite à une mauvaise sortie aérienne de Van Langendonck et frappe à bout portant dans le but vide. Malheureusement pour lui, son tir vient s’écraser sur le poteau droit de la cage de Westerlo.

Bonus 3 : le coup malheureux de Shapovalov

De rage, il frappe la balle... qui fonce pile dans l’œil de l'arbitre et lui laisse un gros cocard : "gêné et honteux", le joueur canadien Denis Shapovalov a présenté ses excuses après cet incident rarissime qui a valu dimanche à son équipe d'être éliminée de la Coupe Davis. "Je promets que c'est la dernière fois que ça se produit. J'ai retenu la leçon. Je suis chanceux que l'arbitre n'ait rien de grave mais c'est quand même inacceptable de ma part", a assuré Shapovalov après sa disqualification et l'élimination de son équipe face à la Grande-Bretagne. C'est contrit et les yeux rougis que le Canadien de 17 ans, anonyme 251ème joueur mondial, a "exprimé son profond regret" après l'incident qui a sonné l'arbitre de chaise, le Français Arnaud Gabas, dont la journée s'est terminée à l'hôpital d'Ottawa avec un joli cocard.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK