Le joueur Faïz Selemani réclame 25.000 euros à l'union belge de football

Une courte audience s'est tenue vendredi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles à propos de la plainte introduite en référé par le joueur Faïz Selemani à l'encontre de l'Union belge de football (URBSFA). L'attaquant de Courtrai attaque la fédération en justice après avoir été déclaré inéligible pour jouer à la suite d'une rupture de contrat avec l'Union Saint-Gilloise. Le joueur réclame une astreinte de 25.000 euros par jour et le droit de participer aux compétitions.

Selon l'avocat de Faïz Selemani, le litige a pour origine le refus de l'Union de transférer le joueur vers Courtrai.

"Lorsque mon client s'est présenté à l'entraînement le 14 août dernier, il n'a pas été autorisé à monter sur le terrain", explique Me Grégory Ernes. "Il a alors rompu son contrat, avant de signer à Courtrai."

Selon l'avocat, il revient à présent à l'Union belge d'autoriser le joueur à remonter sur les terrains, mais celle-ci refuse. "Elle se base sur son règlement, qui stipule qu'un joueur est qualifié si le tribunal du travail ou la Commission Arbitrale pour le Sportif Rémunéré estime qu'il n'y a pas eu de faute grave. Ce règlement va à l'encontre de la loi."

"L'Union belge ne peut simplement pas décider si un joueur a le droit de jouer", répond l'avocat de la fédération Audry Stévenart. "Il appartient aux clubs de vérifier si un joueur dispose de ce droit. Si un adversaire estime qu'un joueur non qualifié a joué, il a la possibilité de déposer plainte."

Selon l'Union belge, le joueur a reçu rapidement des éclaircissements de la part de la Commission Arbitrale pour le Sportif Rémunéré à propos de la question de la faute grave. "Il semblerait qu'il a mis en scène l'incident du 14 août en ne se présentant pas aux tests médicaux et en sabotant l'entraînement."

Le tribunal a indiqué vouloir rendre une décision rapidement, sans toutefois avancer de date.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK