Le foot amateur reprend dans l'incertitude ce week-end: "Les clubs ont besoin de jouer"

Malgré l’épée de Damoclès qui pend au-dessus de sa tête, le football amateur reprendra ses droits dès ce week-end. C’est la décision qu’a prise l’ACFF (l’association des clubs francophones de football) mardi soir alors que onze clubs relégués demandent toujours d’être réintégrés dans leur série.

Mardi, ces onze clubs et l’ACFF ont eu l’opportunité d’exposer leurs arguments devant le tribunal de première instance de Namur. La juge a décidé de rendre son jugement le 22 septembre. D’ici là, libre cours aux rencontres. "La demande des onze clubs était aussi de reporter le championnat en attendant cette décision. Cela n’a pas été décidé par madame la juge donc nous allons commencer les championnats tout à fait normalement", nous a expliqué David Delferière, président de l’ACFF. Une décision nécessaire pour satisfaire les exigences pressantes de nombreux clubs, estime-t-il.

"Près de 400 clubs nous demandaient de reprendre le championnat, ce que nous allons faire ce dimanche. Les clubs ont besoin de jouer au football. Non seulement pour les recettes financières qui leur permettent de faire face à leurs obligations – que ce soit en D3 amateurs ou D4 provinciale - mais aussi car les gens ont envie de rejouer au football. Les clubs m’ont sollicité et écrit pendant la séance. Nous allons donc continuer avec la reprise des compétitions dès ce dimanche en provinciale et le dimanche suivant en divisions supérieures et en jeunes."

Les résultats obtenus dans les prochaines semaines pourraient cependant tomber à l’eau le 22 septembre prochain. L’ACFF se prépare donc à tous les cas de figure. "Dans le pire des cas, si madame la juge décide de réintégrer les onze clubs ou les 85 qui ont été relégués, nous devrons suspendre le championnat et faire de nouvelles séries. Dans le meilleur des cas, nous continuerons les championnats qui vont débuter ce week-end. Nous réfléchissons à tous les 'scenari'. Il faut toujours se préparer à toutes les solutions. J’espère toutefois que les arguments que nous avons développés mardi seront retenus et que le football en prairie – et non pas le football en prétoire – gagnera."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK