Le Beerschot se déclare partie intermédiaire dans la procédure visant Malines et Waasland

Thomas Gillis
Thomas Gillis - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le Beerschot Wilrijk s'est déclaré volontairement partie intermédiaire devant la commission des litiges d'appel pour le football rémunéré de l'Union belge de football, dans la cadre de la procédure relative aux accusations de falsification qui visent Malines et Waasland-Beveren. "Cette étape était nécessaire pour faire respecter nos droits", a expliqué jeudi l'avocat du club anversois, Me Thomas Gillis.

"La relégation des clubs coupables de falsification en fin de compétition 2017-2018 doit automatiquement entraîner la promotion du Beerschot en division 1A, en tant que perdant de la finale de division 1B et deuxième de la compétition régulière cette saison", selon l'avocat des Rats.

Cette relégation est obligatoire sur base de l'article B2008 du règlement de la fédération, assène l'avocat.

La comparaison qui a été évoquée par les clubs poursuivis avec l'affaire Bellemans (du nom du juge qui avait mis au jour l'achat d'un match décisif par le Standard en 1983) n'a "aucun sens", selon Me Gillis. "Il faudra argumenter devant la commission et non dans la presse", ajoute-t-il, relevant que Malines et Waasland-Beveren se concentrent sur des éléments de procédure mais n'ont pas grand-chose à dire quant au fond de l'affaire, soit la falsification de matchs en elle-même.

Dans le volet judiciaire du dossier, le Beerschot s'était déjà constitué partie civile auprès du tribunal de Tongres.

Le calendrier des débats devant la commission sera établi mardi, soit la veille de la finale de la Coupe de Belgique qui verra Malines opposé à Gand.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK