Laszlo Bölöni viré de La Gantoise après trois rencontres seulement, "une erreur de casting", Wim De Decker le remplace

Laszlo Bölöni viré de La Gantoise après trois rencontres seulement !
Laszlo Bölöni viré de La Gantoise après trois rencontres seulement ! - © BRUNO FAHY - BELGA

Laszlo Bölöni n'est déjà plus l'entraîneur de La Gantoise. L'entraîneur roumain a été démi de ses fonctions après seulement trois rencontres. Après avoir glané trois points sur neuf, le Roumain n'a pas convaincu. Wim De Decker, qui était l'adjoint de Bölöni à l'Antwerp comme chez les Buffalos, assurera la succession. Le club ne va pas se mettre directement à la recherche d'un nouvel entraîneur, a par ailleurs confirmé Ivan De Witte.

 Le match de vendredi à Eupen aura eu raison de lui, les Gantois s'y sont inclinés 2-1. Il n'aura passé que 25 jours au club. Réputé rigide et parfois martial, l'entraîneur s'était pris le bec avec Roman Yaremchuk, qui était absent de la sélection pour le déplacement de vendredi. Toujours vendredi, il avait déjà des indices de l'ambiance délétère qui régnait autour de lui, déclarant au micro de la Pro League qu'il était "impossible de donner confiance à mes joueurs par miracle, car je n'avais pas de la confiance dans ma poche". Après avoir été remercié suite à un passage de trois saisons à l'Antwerp, il avait retrouvé de l'emploi à La Gantoise, concrétisant un flirt de longue haleine avec Ivan De Witte. L'idylle n'aura manifestement pas été de très longue durée. Tout cela se déroule à la veille d'un match capital pour La Gantoise qui reçoit le Rapid Vienne au troisième tour des éliminatoires pour la Ligue des champions.

Une erreur de casting

Le président Ivan De Witte s'est exprimé en conférence de presse sur cette annonce tonitruante: "Les résultats des derniers matchs, particulièrement à Eupen, ont été déterminants. On doit tenir compte de la voix des supporters et du groupe de joueurs. Tout ça mis ensemble, on s’est dit qu’il était préférable de se séparer de Laszlo Bölöni. C’était une erreur de casting. On en prend la responsabilité, Michel Louwagie et moi. On a voulu aller trop vite. Je ne veux pas blâmer l’entraîneur lui-même car il a fait de son mieux pour faire des résultats. Parfois, ce ne sont pas les compétences qui définissent le succès mais c'est aussi une question de concordance entre l’entraîneur et le groupe. Je pense qu’il était bon d’agir directement car l’entente n’était pas bonne entre lui et le groupe. C’était bon de ne pas laisser traîner cette décision."

Le nouveau T1 De Decker s'est montré très enthousiaste : "Je remercie Michel et Ivan pour cette opportunité et ce grand challenge. On va essayer de remettre un peu de calme dans le vestiaire en compagnie de Peter Balette. Nous sommes armés pour faire quelque chose de beau." Comme l'a confirmé Ivan De Witte, Wim De Decker aura le temps de développer un nouveau projet, la direction ne souhaitant pas se remettre directement en quête d'un entraîneur.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK