La presse anglaise réagit à l'exclusion de Manchester City des Coupes d'Europe

La presse anglaise réagit à l'exclusion de Manchester City des Coupes d'Europe
La presse anglaise réagit à l'exclusion de Manchester City des Coupes d'Europe - © LINDSEY PARNABY - AFP

C’est une énorme décision prise par l’UEFA hier que d’exclure pour les deux prochaines saisons Manchester City des Coupes d’Europe pour avoir enfreint les règles du fair-play financier.

Au lendemain de cette grosse actualité, la presse anglaise n’a pas tardé à réagir. Le titre sans doute le plus dur est écrit par "The Independant". Le journal titre : "L’UEFA a lâché la bombe atomique sur Manchester City".

Et d’ajouter que c’est "une sanction historique qui pourrait changer le football européen et qui aura des conséquences immenses, même si le TAS devait l’annuler. L’UEFA prouve sa volonté d’enclencher une grande bataille contre les supers clubs".

 

Autre quotidien, autre ambiance. Le "Mirror" parle de "Massacre de la Saint-Valentin". Et que dire du "Daily Mail", qui a mis en une de son site Internet la photo de Rui Pinto, le hacker portugais qui a transmis en 2016 au "Der Spiegel" des données qui sont à l’origine des Football Leaks. Et d’ajouter en titre : "Voici l’homme qui a détruit Manchester City".

Le "Sun" lui craint la fin d’une dynastie et a ouvert sa page sport avec un "Exode à l’Etihad". Car c’est bien là que les questions se posent. En cas de maintien de la sanction, Manchester City arrivera-t-il à garder ses joueurs clés ? Et son coach emblématique ?

Que vont faire les Kevin De Bruyne, Sergio Aguëro, Raheem Sterling pour ne citer que quelques-uns des meilleurs joueurs de l’effectif ? Et quid de Pep Guardiola. Si cette saison ne correspond pas tout à fait à ses standards, l’entraîneur Espagnol restera-t-il du côté de City sans la Ligue des Champions. Sachant que le FC Barcelone est à la dérive, il est fort à parier que les rumeurs envoyant Guardiola dans le club où il a réalisé les meilleurs résultats ne tournent sur la toile.

Pierre Rondeau, économiste en foot expliquait hier sur RMC que "cela montre que l’UEFA et le fair-play financier ont un véritable pouvoir de sanction. Pendant très longtemps, on a considéré que c’était juste un bâton pour inquiéter les clubs. Là, on découvre que l’UEFA peut frapper fort et sanctionner durablement. Etre exclu de la Ligue des champions, économiquement, c’est très dommageable. A minima, c’est 50 millions de perte sèche pour City avec une non participation. Et c’est une visibilité internationale effacée."

Une dernière question vient se poser suite à cette exclusion. Que va faire l’UEFA par rapport à d’autres clubs qui auraient aussi enfreint les règles ? Le premier nom à revenir à la surface est bien sûr le PSG. Un club détesté par Javier Tebas, le Président de la Liga, qui s’est permis de féliciter l’exclusion du club anglais.

"L’UEFA prend enfin des mesures décisives. L’application des règles du fair-play financier et la répression contre le dopage financier sont essentielles pour l’avenir du football. Nous réclamons depuis des années une action sévère contre Manchester City et le Paris Saint-Germain. Mieux vaut tard que jamais", a assuré ce vendredi Javier Tebas sur son compte Twitter.

 

Si cette menace planait depuis le début de l’année 2019, le club anglais a exprimé sa "déception" tout en annonçant ne pas être "surpris" par cette décision. En tout cas, le monde du ballon rond attend avec impatience la suite à cette affaire qui risque d’encore faire parler d’elle très longtemps.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK