La grande foule pour entendre Marcelo Bielsa, invité par l'Union belge

La grande foule pour entendre Marcelo Bielsa, invité par l'Union belge
La grande foule pour entendre Marcelo Bielsa, invité par l'Union belge - © Tous droits réservés

Certains le surnomment el Loco, le fou. D'autres comme Pep Guardiola voient en lui une source d'inspiration. En tout cas, il ne laisse personne indifférent. Il, c'est Marcelo Bielsa. Le futur entraîneur de Lille passé aussi par Marseille ou l'Athletic Bilbao. Et on vous en parle car il était ce samedi en Belgique.

Marcelo Bielsa était invité par l'Union Belge pour donner une conférence aux entraîneurs qui le désiraient. Des entraîneurs qui ont répondu à l'appel! Ils étaient plus de 600. Arnaud Montero était lui aussi présent pour écouter Marcelo Bielsa.

Francky Dury, l’entraîneur de Zulte Waregem a beau avoir une bonne réputation de meneur d'hommes. Il n'a pas raté une seule seconde du discours de Marcelo Bielsa: "C'est un homme important dans le football moderne. Et il cherche encore des solutions pour améliorer son idée du football".

Marcelo Bielsa a une idée claire du football. Il dit que les plus pauvres n'ont que le football, les joueurs doivent en faire un spectacle total. Une idée qui plait à Kris Van Der Haegen, directeur de la formation des entraîneurs de l'Union Belge: "Il y a beaucoup de lien avec sa philosophie de jeu. Le football offensif, le pressing partout, dominer le jeu ce sont vraiment trois caractéristiques de notre philosophie belge."

Et durant deux heures, Marcelo Bielsa a insisté sur la formation des jeunes. Il a dit que c'est facile d'apprendre à faire une passe simple. Mais que c'est difficile d'enseigner les bons choix. A qui et quand faire une passe.

C'est pour cette raison qu'El Loco insiste aussi beaucoup sur la nécessité de définir une philosophie de jeu. D'imprimer un style à un club, une équipe.

José Riga, ancien entraîneur du Standard et en poste actuellement au Cercles de Bruges: "Dans l'éducation des jeunes et même des adultes, c'est important de pouvoir visualiser ce qu'on veut mettre en place et avec la technologie d'aujourd'hui, il utilise tout ce qui est possible et c'est très bien."

Ne pas faire de la victoire une quête absolue. C'est aussi une idée qui a plu aux entraîneurs dans la salle. En plus d'être consultant pour la RTBF, Alexandre Teklak est aussi formateur au Sporting de Charleroi: "Surtout chez les jeunes, il y a un adage dans le football qui dit: le résultat est la conséquence du beau jeu. Rien de tel que le discours qu'il a prôné pour s'en rendre compte. C'est parfois des principes qu'on oublie, surtout chez les jeunes. Après, apprendre à gagner, car ça s'apprend, c'est important. Il ne faut pas le négliger. Mais peut-être pas se fixer comme unique priorité la victoire à tout prix."

Marcelo Bielsa a aussi eux des mots doux à l'attention du football belge. Il a utilisé le terme Cracks pour définir la génération actuelle. Une belle manière de saluer non seulement le travail accompli par tous les entraîneurs en Belgique et leur directeur de formation Kris Van Der Haegen: "L'Euro 2000 a été une catastrophe pour la Belgique en terme de résultat. On a donc changé de philosophie. Elle est plus basée sur le jeu. Après tous les grands tournois, on se met à table, tous ensemble avec les clubs pour actualiser notre manière de faire et pour préparer nos jeunes joueurs à l'avenir."

Discuter, penser, se remettre en question. C'est finalement ce que Marcelo Bielsa fait tous les jours.

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir