L'Excelsior Virton ne débutera pas avec la D1B, mais espère encore sa réintégration

Alex Hayes, CEO du club gaumais.
2 images
Alex Hayes, CEO du club gaumais. - © RTBF

Après l’audience en référé du tribunal de Première instance de Bruxelles de ce jeudi, l’Excelsior Virton n’est sûr que d’une chose : il ne débutera pas le championnat de D1B le 21 août. Au terme de l’audience, le juge a estimé que l’affaire était complexe et ne permettait pas une décision avant le début du mois de septembre. Au moins deux journées de championnats auraient alors déjà été disputées entre les sept clubs pros de D1B et les U23 du FC Bruges, appelés à compléter la division. 

C’est justement à la place des espoirs brugeois que les Virtonais espèrent encore réintégrer l’antichambre de l’élite. L’avocat de l’Excelsior, Me Martin Hissel a, dans sa plaidoirie, tenté de prouver que les éléments retenus par la Commission des Licences de l’Union Belge et la CBAS (Cour Belge d’Arbitrage pour le Sport) pour le non-octroi de la licence n’étaient pas valables. L’avocat se base entre autres sur le jugement de l’Auditorat Belge de la Concurrence qui estime que certaines règles de l’Union Belge sont contraires aux lois relatives à la concurrence. Il a aussi voulu prouver que le club est en situation financière saine mais qu’une relégation dans le football amateur le conduirait à la faillite.

L'exemple de Waasland-Beveren

Parmi les arguments avancés par le défenseur du club gaumais, la réintégration de Waasland-Beveren en D1A ! " Il a fallu très longtemps et pas mal de procédures pour ramener les instances du football belge a plus de raison. C’est un " vrai juge " qui a fait la différence et nous espérons que celui-ci va suivre la voie que nous lui traçons ". "Si la réintégration était ordonnée alors que le championnat a déjà commencé, il faudra alors appliquer certaines dispositions réglementaires pour tenter de neutraliser ce retard pour qu’il ait le moins d’effets négatifs possibles pour toutes les équipes concernées "., a-t-il ajouté. 

Le CEO de l’Excelsior Virton, Alex Hayes, regrette aussi cette longue attente et s’inquiète des conséquences d’une éventuelle relégation. " On ne nous demande d’être prêt pour une compétition mais on ne nous dit pas laquelle. Assumer des contrats en quatrième division est très difficile financièrement. C’est pour cela qu’on parle de faillite possible…. C’est dur de prendre une décision quand on n’a pas tous les éléments. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK