"L'avenir de Besnik Hasi n'est plus à Anderlecht"

Ce dimanche dans Complètement Foot, les journalistes et chroniqueurs de l'émission ont débattu du prochain mercato et plus précisément des entraineurs. Besnik Hasi va-t-il continuer l'aventure avec Anderlecht ou le club bruxellois va-t-il lui chercher un remplaçant? Le nom d'Hein Vanhaezebrouck circule dans les travées du Parc Astrid depuis plusieurs semaines.

"J’y crois beaucoup plus qu’à l’arrivée de Ferrera à Bruges. Maintenant si ce n’est pas Vanhaezebrouck, j’ai vraiment l’impression, qu’il y ait titre ou pas, que Besnik Hasi ne sera pas l’entraineur du Sporting d’Anderlecht la saison prochaine" déclare Pascal Scimè. "C’est cousu de fil blanc. Au sein du club, même les gens qui travaillent pour le club n’y croient plus du tout. L’avenir de Besnik Hasi n’est plus à Anderlecht. Et même Besnik en est conscient."

"Et je me demande si lui-même ne l’a pas anticipé en se disant qu’il savait très bien que vu la communication qu’on a eu à son égard post trêve hivernale, c’était quand même assez agressif à certains moments" ajoute Alex Teklak. "Et puis Il y a aussi eu l’arrivée de Frutos dans laquelle je trouve qu’ils ont quand même manqué de beaucoup de discrétion, dans le sens du travail qu’il a dû accomplir et de celui qu’on l’autorisé à accomplir."

"Et peut-être aussi de discernement" complète Pascal Scimè. "On a accordé beaucoup – à juste titre peut-être – mais beaucoup de crédit à Nicolas Frutos en discréditant Besnik Hasi. L’avantage de Frutos - et là c’est une de ses qualités qu’il faut lui reconnaître – c’est qu’il est venu avec un vécu de joueur, de compétiteur, avec de nouvelles méthodes d’entrainement, même de management. Ce n’est même pas de coaching mais de management. L’humain beaucoup plus. Il a pris des joueurs sous son aile, des joueurs du noyau A. Mais en donnant carte blanche à Frutos, vous avez complètement discrédité votre entraineur."

"Quand il arrive en tant qu’entraineur des U21, il doit marquer son territoire" tempère Alex Teklak. "D’autant plus qu’il incarne aussi quelques part une idole au niveau des supporters parce qu’il les a marqué. Et donc forcément, il arrive avec des choses nouvelles. Je ne remets pas en question son implication, je suis sûr qu’il l’a fait en toute honnêteté mais ce que je veux dire par là, c’est que tout entraineur nouveau qui arrive et qui a des aspirations, qui a des ambitions, doit marquer son territoire. On parle de méthodes révolutionnaires, moi je pense qu’il a surtout réveillé un groupe et qu’il les a professionnalisés. Je crois que ça arrangeait bien la direction anderlechtoise à ce moment-là parce que quelque part, le discrédit à l’égard d’Hasi était jeté depuis très très longtemps. Mais ce n’est pas bien ce qui s’est passé à l’égard de Besnik Hasi et Dieu sait qu’ici on l’a déjà critiqué sur ces choix etc. Humainement, je trouve que cette période a été vraiment lamentable à son égard. Que ce soit lui ou un autre, on n’agit pas de la sorte vis-à-vis d’un entraineur. Ça ne se fait pas, ce n’est pas correct."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK