Joueurs réfugiés et bruxellois dans une même équipe: l'Union fait la force

Photo de groupe Football and Freedom
Photo de groupe Football and Freedom - © Thomas Van der Linden

La belle initiative du week-end nous vient de Kraainem. Depuis 2 ans, ce club bruxellois, soutenu par la Commission européenne et l'UEFA, accueille des enfants réfugiés, demandeurs d'asile, quelques jours par semaine pour leur offrir des cours de langue et leur permettre de s'entraîner avec leurs équipes de jeunes.  

Pour conclure la deuxième saison de cette initiative, le club a décidé d'organiser un tournoi avec plusieurs équipes bruxelloises avec une règle simple, mixer les enfants réfugiés et les enfants belges.

 

Ils viennent de Syrie d'Afghanistan ou d'Afrique du Sud et s'apprêtent à vivre une expérience inédite. L'objectif: leur permettre de s'intégrer avec des enfants de leur âge. Après la répartition, ils sont intégrés à leurs nouvelles équipes et reçoivent chaussure, chaussettes et maillot. Signe d'appartenance à leur club d'adoption.

C'est le cas d'Aboubakar (12 ans) et Amri (12 ans) qui viennent respectivement d'Afrique du Sud et Afghanistan intégrés à l'équipe de l'Union-Saint-Gilloise. Leur maîtrise du français est encore approximative mais les deux jeunes réfugiés se débrouillent et arrivent à communiquer avec leurs nouveaux coéquipiers.

Premières consignes d'avant-match, premier discours d'encouragement et premier match. Les premiers gestes sont un peu hésitants, mais très rapidement, le jeu dissipe tout stress. Les liens et les automatismes se créent vite entre tous les enfants grâce à une langue universelle: le football.

Les effets de la récente cohésion se ressentent sur le terrain. L'équipe adoptive d'Aboubakar et Amri enchaînent les victoires et au final remporte le tournoi mais l'essentiel pour tous ces enfants n'étaient pas de gagner mais bien de participer.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK