Gianni Infantino, une FIFA toujours plus opaque

Février 2016, le Suisse Gianni Infantino est élu à la tête de la FIFA quelques mois après les révélations de la Fifagate, l'enquête menée par le FBI qui a mis en lumière des pratiques de corruption au sein de la Fédération Internationale de Football. Plusieurs grands patrons du ballon rond comme Sepp Blater ou Michel Platini tombent. Le nouveau boss Gianni Infantino annonce du changement : de la transparence et une bonne gouvernance.

Mais quelques années plus tard, on semble bien loin de ces belles promesses. Comme le révèle Le Soir aux travers des Football Leaks, le patron de la FIFA n'est pas l'auteur du grand changement qu'il annonçait. Selon le quotidien, preuves à l'appui, le big boss du football mondial serait coupable de petits arrangements entre amis, d'abus de pouvoir ou encore d'une proximité avec un procureur suisse. De plus, ses engagements pré-électoraux tels que la transparence ou le fait de "rendre le football aux supporters", sont loin d'être respectés. 

Bref, quelques années à peine après la Fifagate, celui qui était censé représenté le changement au sein de la FIFA ne semble finalement pas s'être distancé de ses prédécesseurs.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK