Genk, un champion efficace (surtout) dans les moments importants

Sacré champion, Genk a remporté son quatrième sacre après avoir dominé la phase classique auparavant. Un sacre logique sur l’ensemble de la saison. Quelle empreinte ce Genk va-t-il laisser face aux autres champions depuis l’instauration du système de Play-offs (2010) ? Bilan statistique du cru genkois 2019 parmi les dix champions issus des « Play-offs ».

Nombre de points : Genk 2019 dans le cœur du peloton derrière un intouchable Anderlecht.

Avec 63 points sur la phase classique, Genk a le 7e bilan parmi les champions de la « réforme ». Les Limbourgeois sont devancés par trois équipes d’Anderlecht et deux Club de Bruges. Les mauves 2010 caracolent en tête avec 69 points. Un exploit d’autant plus remarquable que cette saison-là le forfait général de l’Excelsior Mouscron avait réduit le nombre de matchs à 28. Au niveau des Play-offs, le bilan de l’équipe de Philippe Clément est correct avec 20 points. Les Genkois sont dans le groupe de cinq poursuivants (de 20 à 22 points) derrière l’armada Mauve de 2010 et son 24/30.

Attaque/Défense : Genk 2019 aime marquer mais encaisse un peu trop

82 buts en 40 matches (phase classique + Play-offs) pour le Racing Genk, soit le 5e bilan des champions depuis l’instauration des Play-offs. C’est mieux qu’en 2011 lors du précédent titre limbourgeois (80 buts). C’est, en revanche, moins que les 89 buts du sacre brugeois de 2016. Au niveau défensif, c’est un peu plus décevant. Cette saison, Vukovic a été cherché 39 fois le ballon au fond de ses filets en D1A. C’est la 6e défense des équipes couronnées en Belgique depuis 2010, loin derrière les 29 buts encaissés « seulement » par Anderlecht pendant la saison 2009-2010.

Top 6 : Genk 2019 a laissé peu de points en route

Avec un 41/60 sur tous les matchs depuis août face aux cinq autres équipes du top 6, Genk a su gagner son titre face aux « gros » de la compétition. En outre, Genk a remporté ses quatre matchs face à La Gantoise avec notamment un succès 1-5 à Gand. On peut aussi noter trois succès face à Anderlecht. C’est le deuxième bilan ex aequo (avec Anderlecht 2010) derrière l’incroyable 46/60 d’Anderlecht en 2012.

Buteurs : Samatta l’homme providentiel

Si la réussite genkoise est celle d’un collectif huilé et mené de main de maître par Philippe Clément, un homme ressort au point de vue statistique : Mbwana Ally Samatta. Le Tanzanien de 26 ans a inscrit 23 buts en 38 matchs cette saison, le meilleur total pour un joueur issu d’un club champion depuis 2010. C’est une unité de plus que Teodorczyk en 2016-2017 et trois que Jelle Vossen lors du dernier sacre limbourgeois.

Conclusion : Anderlecht 2010 est le roi mais Genk 2019 fait un prince idéal.

Genk est un « beau » champion, en tout cas au niveau des chiffres. Grâce à sa force collective, symbolisée par l’une des meilleures attaques des dix dernières années, le club limbourgeois a fait preuve de maîtrise et de régularité tout au long de la compétition. Cela est encore plus frappant dans les confrontations directes avec ses rivaux où le Racing Genk a été impitoyable. Si d’autres équipes (Anderlecht 2010) furent très impressionnantes notamment en défense, Genk possède l’un des meilleurs bilans des dix dernières années.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK