FC Bruges – PSG : ils étaient venus pour Leo Messi, ils ont vu Charles De Ketelaere

Le monde du football avait les yeux rivés sur Bruges mercredi soir. Annoncé depuis plusieurs jours, la première représentation de Leo Messi en Belgique était scrutée par plus de 200 pays dans le monde. Mais le feu d’artifice pressenti n’a jamais eu lieu, eu égard à la faiblesse d’un milieu de terrain parisien étonnamment apathique et d’un trio M-N-M mi-effacé, mi-déconnecté. L’histoire aurait pu être différente si le sextuple Ballon d’or n’avait pas trouvé le cadre de Simon Mignolet. Mais il est progressivement rentré dans le rang dans la suite de son match.

Si un joueur a bel et bien illuminé ce stade Jan Breydel "qui a mal vieilli" (dixit un confrère français), c’est Charles De Ketelaere. Car si entre Français et Belges tout le monde n’avait pas vu le même match, tous se sont mis d’accord : ce numéro 90 flanqué à la pointe de l’attaque brugeoise a quelque chose en plus que les autres. Omar Da Fonseca, esthète dans l’âme et consultant sur le match mercredi soir, était conquis au moment de replier son micro à l’issue du match. "L’attaquant de pointe, là, il est très bon. J’ai vu chez lui beaucoup de justesse technique et il a bien répondu présent dans le duel. J’ai aussi bien aimé le petit flanc gauche (NDLR : Noa Lang). J’adore les joueurs qui aiment le risque, parce que moi le football, c’est exactement ça. Mais cet attaquant, le 90, je l’avais vu jouer le week-end dernier et je l’avais déjà trouvé bon. Et il est jeune en plus, non ?".

"Il n’a besoin de personne pour briller"

20 ans. C’est l’âge qu’il a aujourd’hui. Et énormément de métier, à en croire la finesse dans les duels livrés face à Marquinhos et Presnel Kimpembe. Ainsi qu’une intelligence redoutable pour réussir le geste juste. Gert Verheyen, croisé dans les couloirs alors que la conférence de presse battait son plein, connaît aussi bien le garçon que le club dans lequel il évolue. "On sait que Charles est capable de réussir des prestations comme celles-ci. Ce qui est étonnant, c’est qu’il y parvienne avec autant d’aisance face à un adversaire comme le Paris Saint-Germain." Aligné seul à la pointe d’un 4-3-3, De Ketelaere a une fois de plus élargi sa palette.

"Il ne va plus rester cinq ou six ans"

2 images
© Tous droits réservés

"Il a été excellent ce soir en tant que point de référence en attaque. Mais à terme, entre la position d’avant-centre, celle de 9,5 ou celle de numéro huit, il doit encore choisir. Je pense qu’il faut mettre de côté l’idée de le positionner sur le flanc, car ce qu’il aime, c’est l’axe", confirme l’ancien attaquant maison. Alexandre Teklak, présent au match pour Proximus Sports est d’accord. "Ce qui est intéressant avec De Ketelaere, c’est qu’il n’a besoin de personne pour briller. Qu’il joue à côté de Lang en pointe, il est bon. Quand il joue seul, il est bon. Quand il joue derrière l’attaquant, il est bon. Quand il jouera avec Wesley, il y aura fort à parier qu’il sera bon." Et Gert Verheyen de refroidir les ardeurs des supporters Blauw & Zwart : "il est évidemment devenu le chouchou du public, mais je les préviens déjà : il ne va plus rester cinq ou six ans ici. Une prestation comme celle-ci, ça attire les regards de toute l’Europe". Au Stade Jan Breydel, ce petit stade qui a mal vieilli, les Belges auront connu le frisson de voir Messi pour la première fois sur une pelouse locale. Mais ils auront vu une équipe de Bruges qui a dominé le PSG à beaucoup de moments. Grâce à un Charles De Ketelaere qui tient un match référence au plus haut niveau européen.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK