Facebook Live la Tribune - Nordin Jbari : "Raskin est bien meilleur quand il est le seul patron de l'entrejeu du Standard"

Comme chaque semaine, nous avons débriefé la journée de Pro League écoulée lors de notre traditionnel Facebook Live. Après Marc Delire et Swann Borsallino, c'est Nordin Jbari qui s'est prêté au jeu, répondant pendant une vingtaine de minutes aux questions des téléspectateurs. Logiquement, l'ancien Diable rouge s'est longuement épanché sur le Clasico. 

Au moment de donner une note à ce duel un peu terne, Nordin Jbari n'a pas tergiversé : "Une mauvaise note, clairement. J'aurais pu dire 4 mais je vais dire 5. Les exclusions ont tout changé, ça a changé la physionomie du match et ça a eu une influence sur ce que le Standard pouvait amener dans ce match, surtout avec son public. Ils ont essayé un petit peu, même à neuf, mais les jeux ont été pipés très rapidement."

Après le match, Nicolas Raskin a affirmé que le Standard n'aurait jamais perdu ce match à 11 contre 11. Une opinion partagée par notre invité : "C'est possible, parce que ce n'était pas un grand Anderlecht. Mais ils prennent ce but de Refaelov quand ils sont à 10, avec Siquet qui se retrouve entre deux joueurs. C'est un péché de jeunesse, il doit défendre vers l'intérieur. Mais bon, ça les fera grandir..."

Une question se pose dès lors : qu'est ce qui a manqué au Standard pour inquiéter un peu plus Anderlecht ? "Offensivement, il n'a pas manqué grand-chose parce que Klauss et Muleka ont fait un grand match malgré les circonstances. Il faut aussi positiver avec Leye qui a osé laisser les deux attaquants au jeu. Mais c'est toujours le même problème avec le Standard, c'est la transition vers ces deux attaquants justement. Mais à dix, c'est compliqué..."

Rare Liégeois à surnager dans une rencontre bien morose, Nicolas Raskin. Un match plein que n'a pas manqué de souligner Nordin Jbari : "Je trouve qu'il est meilleur quand il est le seul patron du milieu de terrain. Quand les trois (Raskin, Cimirot, Bastien) sont alignés d'entrée, parfois on a l'impression qu'ils se marchent sur les pieds. Raskin ne sait pas où se positionner quand Cimirot est là parce qu'il prend beaucoup de place. Donc quand Raskin joue en vrai 6, il est vraiment bon."

1 images
Nicolas Raskin au contact avec Christian Kouamé lors du Clasico entre le Standard-Anderlecht. © Belga
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK