Eden Hazard en difficulté au Real ? "En 2001, il avait fallu 6 mois à Zidane pour s'intégrer"

Battu hier par Tottenham, le Real version 2019-2020 de Zinédine Zidane a subi sa troisième défaite en 4 matches de préparation estivale. Pas le début de rêve, y compris pour Eden Hazard, pas vraiment à son avantage physiquement et dans le jeu depuis le début de la présaison. De quoi s’attirer, déjà, les foudres des supporters et des suiveurs de la maison blanche, impatients de voir le Diable Rouge se montrer à son vrai niveau. Mais selon Frédéric Hermel, correspondant l'Equipe et RMC en Espagne et proche de Zinedine Zidane, cette impatience, bien qu’elle soit naturelle, est exagérée.

Une passe manquée à la base de l’unique but de Tottenham (défaite 0-1) en Audi Cup ce mardi soir, voilà le plus grand fait de match de la dernière prestation d’Eden Hazard pour le Real Madrid. Selon le journal AS, " il n’apparaît pas " sur le terrain pour El Pais, son jeu n’est pas " aussi excitant que prévu ". Bref, les critiques fusent dans les médias ibériques sur le niveau de jeu du Belge. La preuve d’une intégration pas (encore ?) faite au sein du vestiaire merengue. Le journaliste français Frédéric Hermel, interrogé par Pascal Scimè, modère : "le Real, c’est le plus grand club de l’histoire du football. On ne s’intègre pas au Real Madrid en deux jours." Un argument que le journaliste étaye d’un exemple: "en juillet 2001, un certain Zinedine Zidane est arrivé au Real Madrid contre 75 millions d’euros. C’était à l’époque le transfert le plus cher de l’histoire du football. Pendant 6 mois, Zidane a été critiqué. Il a fallu attendre un match merveilleux contre le Deportivo La Corogne, le 5 janvier 2002 (ndlr: le Real s’est imposé 3-1 grâce à un but d’anthologie de Zidane). C’est-à-dire 6 mois après son arrivée. 6 mois pour considérer qu’il était intégré et pour qu’il fasse taire les critiques. Je pense qu’après 3 semaines de critiques, ça va, Eden Hazard peut attendre encore un petit peu. Tout ça fait partie du folklore !"

Mais en plus du niveau de jeu, il y a aussi l’apparence physique d’Eden Hazard qui pose question pour les observateurs qui trouvent aussi que le Belge n’a pas l’air heureux, qu’il n’a pas son sourire caractéristique sur le terrain depuis son arrivée dans la maison blanche. Des remarques infondées selon Frédéric Hermel : "Eden Hazard en surpoids ? On oublie aussi de dire qu’il est très fort physiquement, qu’il a un train postérieur très puissant, que ce n’est pas une petite libellule. Les gens disent qu’il est en surpoids mais tous les joueurs, quand ils reviennent de vacances, ne sont pas à leur poids de forme, c’est à ça que sert la préparation d’avant-saison. Tout ça c’est une tempête dans un verre d’eau." Avant de poursuivre : "on exige des joueurs qu’ils soient effectifs tout de suite mais il vient d’arriver dans un nouveau pays, avec une nouvelle langue, dans un nouvel effectif. Analyser le bonheur d’Eden Hazard sur deux sourires à un entraînement, je trouve ça un peu exagéré. Mais c’est le lot des nouveaux joueurs qui arrivent au Real. Les supporters madrilènes n’ont pas de patience."

Le journaliste français calme donc fort le jeu en comparaison des derniers commentaires de la presse ibérique. Frédéric Hermel nous accorde même une confession partagée avec Zinédine Zidane qui rassurera tous les fans du Brainois : "Zizou m’a dit quelques heures après l’officialisation du transfert d’Eden Hazard au Real Madrid qu’on n’avait pas encore vu le ‘vrai Eden Hazard’. Tu vas voir ce que c’est Eden Hazard sous mes ordres, au Real Madrid, avec des joueurs autour de lui, en Liga. Bref, toutes ces critiques sont exagérées et surtout prématurées car cela ne fait que 3 semaines qu’Eden Hazard est dans sa nouvelle équipe. Il faut être un peu plus patient. Après la saison catastrophique du Real et Hazard en recrue phare, c’est normal qu’il y ait beaucoup d’attentes et d’impatience. Elle est naturelle mais exagérée."