Droits TV : La Premier League plus équitable que la Liga ?

Kevin De Bruyne après avoir remporté la Premier League avec City
Kevin De Bruyne après avoir remporté la Premier League avec City - © GLYN KIRK - AFP

Quelques semaines après la fin de la saison en Angleterre, la Premier League a officiellement révélé les recettes des droits de diffusion des matchs reversés à chaque club du championnat. La ligue prétend même, à l’occasion, avoir le système de partage le plus équitable des grands championnats européens.

Ces sommes sont données aux clubs avec l’objectif "d’entretenir leurs stades, d'acquérir et de développer des joueurs talentueux,  en plus de permettre d’investir dans des programmes caritatifs". La Premier League et ses clubs représenteraient près de 100.000 emplois au Royaume-Uni.

Les sommes faramineuses récoltées grâce à la vente de diffusion des matchs se divise entre les clubs selon différents facteurs. Tout d’abord, les vingt clubs de l'élite 1 se partagent de manière égale les recettes des droits TV internationaux, les revenus commerciaux et 50% des droits TV au Royaume-Uni. Tous les clubs de Premier League empochent donc plus de 93 millions d’euros en cette fin de saison selon les chiffres officiels.

A cela, il faut ajouter deux primes qui varient en fonction de la position finale du club au classement et du nombre de matchs joués par l’équipe ayant été diffusés en direct à la télévision anglaise. Le champion Manchester City repart donc avec près de 171 millions d’euro, un peu moins que Liverpool (172, 5 millions) qui a une prime de diffusion légèrement supérieure.

Ces profits astronomiques touchent donc l’intégralité des clubs de Premier League. Huddersfield par exemple, bon dernier et relégué en Championship, peut se consoler en empochant... plus de 109 millions d’euro. Joli coup pour une équipe qui n'a remporté que 3 rencontres en championnat. La saison passée, l’Atletico Madrid, vainqueur de l’Europa League, avait touché 110 millions grâce aux droits de diffusion espagnols suite à sa troisième place en championnat annonçait la Liga espagnole. Il n’y a donc qu’un million de différence entre le dernier club anglais et le troisième meilleur espagnol.

"La distribution la plus équitable"

Si les montants des droits télévisuels anglais sont largement supérieurs aux droits espagnols (2,8 milliards contre 1,4 milliard), la redistribution au sein des équipes diffère en effet. Les 154 millions du FC Barcelone en 2017-18 sont bien loin des 43, 3 millions récoltés par Leganes et Gérone, les moins bien payés cette année-là. L’écart entre le premier et le dernier espagnol est plus important qu’entre le premier et le dernier anglais : 110 millions en Espagne contre 63 millions en Angleterre. Le système de redistribution anglais permettrait donc plus d’équité entre les équipes et mènerait vers davantage de concurrence qu’en Espagne. Le palmarès des différentes compétitions nationales en témoigne.

En effet ces dernières années en Espagne, la domination du FC Barcelone et du Real Madrid n’est que de rares fois remise en cause par le seul Atletico Madrid. Les trophées se disputent, la plupart du temps, entre trois équipes. Du côté anglais, davantage de prétendants sérieux, principalement le fameux Big Six, s'arrachent les différentes compétitions.

Cependant sur la scène européenne, la logique ne se vérifie pas forcément. Si l’on parle de domination anglaise cette saison avec deux finales 100% anglaises, il faut toutefois se rappeler que le phénomène n’est pas habituel. L’Espagne remplit le plus souvent ce rôle avec six Champion’s League et cinq Europa League remportées sur les dix dernières années. Malgré un système de redistribution en apparence plus élitiste, cinq clubs espagnols différents se sont tout de même qualifiés pour des finales européennes depuis dix ans : le FC Barcelone, le Real Madrid, l’Atletico Madrid, l’Athletic Bilbao et le FC Séville. Seulement un de moins que du côté de la Premier League où Chelsea, Arsenal, Tottenham, Liverpool, Manchester United et Fulham ont fait de même.

Le budget grandissant des clubs anglais fait en tout cas partie des facteurs qui leur permettra d'aligner quatre représentants cette semaine lors des finales européennes, d'alimenter le prochain mercato... Et de participer un peu plus à l'escalade des prix des transferts lors des prochaines saisons.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK