Création de la Super League : la révolution du foot européen est en marche

Un quart de siècle après l’arrêt Bosman, voilà bien la nouvelle affaire qui va sans doute ébranler les institutions européennes, qu’elles soient politiques ou footballistiques. On voit d’ailleurs, qu’outre l’UEFA, d’autres dirigeants politiques, dont le président français Macron, ont déjà réagi négativement à l’annonce de cette Super League tout en soutenant officiellement l’UEFA.

En réalité, l’idée d’une Ligue fermée entre quelques grands clubs européens ne date pas d’hier. C’est même une sorte de monstre du Loch Ness qui apparaissait de temps en temps avant de replonger pour quelques années. Cette fois, le projet prend réellement forme. On est plus, semble-t-il, dans la détermination que dans le coup de bluff à l’égard de l’UEFA. Les 12 membres espagnols, italiens et anglais, sont bien décidés à entamer leur compétition dès la saison 2022-2023. 12 membres dont quatre mousquetaires qui font figure de pionniers dans cette aventure : le Real, Manchester United, Liverpool et la Juventus.


►►► À lire aussi : 12 grands clubs européens lancent leur "Super League" concurrente de la C1

►►► À lire aussi : La "Super League" sous le feu des critiques : "Briseuse de rêves"...


 

La crise sanitaire, élément déclencheur

4 images
Lionel Messi © AFP or licensors

L’élément déclencheur et accélérateur du processus aura été, incontestablement, la crise sanitaire et ses retombées économiques. Certains grands clubs européens (Barça, Inter,..) ont vu leurs recettes des jours de matchs diminuer de façon spectaculaire.

Amputés d’un tiers de leurs revenus, ces clubs sont virtuellement au bord de la faillite. Il existe donc un risque systémique de voir s’installer un effet domino, un club entraînant un autre dans sa chute. Les plus petits clubs, eux, survivent tant bien que mal grâce aux droits TV. C’est, notamment, de ce constat qu’est née l’idée de relancer une Ligue de 12 clubs qui pourrait, à terme, s’ouvrir à d’autres équipes afin de créer leur propre compétition.

Il est actuellement imaginé un système de 15 membres permanents avec 5 autres clubs invités, issus d’autres ligues nationales. Les instigateurs du projet attendent des nouvelles des clubs français et allemands.

Rappelons que le projet n’est pas de se substituer aux compétitions domestiques mais bien de sortir du schéma actuel de la Champion’s League, même réformée et élargie dans un proche avenir. Et en se calquant sur un modèle existant. Car c’est le cas depuis 2000 en basket avec la création de l’EuroLigue organisée par l’ULEB, l’Union des ligues européennes de basket-ball et non par la FIBA, la fédération internationale.

Financement de la compétition

4 images
La Juventus s’envole à la bourse © AFP or licensors

Pour financer cette nouvelle compétition, les clubs fondateurs ont trouvé un accord avec la banque d’affaires JP Morgan qui paierait près de… 4 milliards d’euros par an ! Une sorte d’avance bancaire consentie en vue des plantureuses recettes futures, tant la compétition s’annoncerait rentable en termes de marketing, de droits TV et de publicité. Tout cela grâce à la présence de ces grands clubs européens mais au nombre de matchs plus élevé dans le nouveau système de compétition.

Un véritable pactole donc pour les membres de la Super League. Mais les promoteurs du projet veulent aussi instaurer, disent-ils encore officieusement, quelques règles vertueuses de bonne conduite financière. Certes, les joueurs et les agents seraient toujours très bien rémunérés mais les montants seraient plafonnés. Avec donc la perspective pour les clubs d’augmenter leur chiffre d’affaires de manière significative. Et donc d’arrêter de perdre de l’argent comme c’est le cas ces derniers mois.

En outre, une partie des revenus serait reversée solidairement, à d’autres clubs mais au foot amateur. C’est ce qu’on appelle le prototype d’un vœu pieux. Car ne soyons pas naïfs : ce projet s’apparente aussi, et surtout, à la volonté de quelques clubs puissants de la planète foot européenne de devenir plus riches encore, et donc plus performants, par le biais de cette Ligue fermée. Avec le risque d’une fracture sportive et financière encore plus prononcée entre les Puissants et les autres dans les compétitions nationales. Où, plus que jamais, ce seraient toujours les mêmes clubs qui émergeraient chaque saison.


►►► À lire aussiLa "Super League", coup de pression ou vrai projet ? "Ils veulent juste plus de pouvoir et plus d'argent, ça ne se fera pas"

►►► À lire aussi : L'Union belge soutient l'UEFA contre la Super League : "On s'oppose à cette compétition fermée"


 

Vers une bataille juridique

4 images
Margrethe Vestager © Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved

L’UEFA a déjà réagi promptement et fermement. Avec, à l’appui, des menaces d’expulsion des compétitons européennes, voir nationales. Allant même aussi jusqu’à remettre en cause la présence des joueurs des clubs concernés en équipes nationales ! La FIFA, elle, se montre plus mesurée dans un premier temps. Elle se cantonne davantage dans un rôle d’observateur des événements.

Il est donc déjà clairement acquis que les instigateurs de la Super League devront durablement croiser le fer avec les instances du foot européen mais aussi avec Margrethe Vestager, la Commissaire européenne à la Concurrence. La volonté de la Super League, on l’a bien compris, est de casser le carcan monopolistique de l’UEFA. Et de prouver que l’Union européenne de football n’est pas propriétaire des clubs qui veulent, désormais, être maîtres de leurs destins.

En la privant éventuellement, de ses grandes marques, les créateurs de la Super League menacent clairement la compétition de l’UEFA. Ce qui pourrait avoir de fameuses répercussions, le cas échéant, sur les droits TV. On le voit, on est sans doute parti vers une longue bataille juridique. Chacun devra, le cas échéant, faire valoir ses arguments devant les juridictions prévues à cet effet. Les conseils du " groupe des 12 " évoqueront immanquablement le sacro-saint principe de la libre concurrence. Un nouveau feuilleton politico-sportivo-juridique vient de commencer…

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK