Coronavirus : Une équipe colombienne décimée forcée de débuter le match à 7

C'est une histoire peu banale qui nous vient de Colombie et plus précisément en première division du championnat national (La Liga BetPlay Dimayor ou D1 colombienne). Ce weekend, le club de Rionegro Aguilas était privé de 22 joueurs pour affronter le Boyaca Chico FC. Sur les vingt-deux joueurs, quinze étaient touchés par le virus (Covid 19) et les sept autres étaient blessés.

L'entraineur a donc dû composer son onze de départ avec toutes ces absences. Malheureusement pour lui, il ne lui restait plus que sept joueurs à sa disposition pour remplir la feuille de match dont deux gardiens. Il a donc fallu que l'un des deux se reconvertisse en joueur de champ le temps du match ! Peut-on parler d'un sept de départ historique ? Surement mais il s'agit avant tout d'une situation ubuesque tant sur le terrain qu'en dehors donc surtout quand on sait que le club avait fait la demande jeudi dernier pour un report de la rencontre. A la vue du contexte sportif totalement inégal, la Fédération Colombienne de Football aurait alors dû annuler la rencontre mais il s'est passé tout l'inverse. La Fédération n'a pas accepté la demande du club et a exigé que la rencontre ait lieu.

Avant le début de cette affiche forcément très déséquilibrée, les sept joueurs de Rionegro présents sur la pelouse au moment du coup d'envoi ont affiché des banderoles indiquant "D'abord la vie" et "Fair-play", pour montrer leur opposition.

Malgré leur infériorité numérique flagrante, le club basé à Rionegro a réussi à tenir toute la première période dans un système en 3-2-1 ! Le plus fou ? Le score était toujours de 0-0 à la mi-temps malgré l'inégalité de la rencontre ! Au cours des 45 premières minutes, les joueurs du Rionegro Aguilas ont fait le dos rond en défense avec une statistique incroyable de 14% de possession de balle. Au niveau des tirs, les statistiques étaient elles aussi très déséquilibrées : un tir cadré face à 14 tentatives adverses pour 4 cadrées. En seconde période, l'équipe s'est irrémédiablement écroulé. Elle a d'abord cédé à la 57e minute de jeu avant d'encaisser deux autres buts (68e et 77e) dont le dernier sur penalty.

Le match s'est finalement quand même arrêté prématurément à la 79e minute après qu'un des sept joueurs du Rionegro Águilas se soit blessé (Giovanny Martinez). Il était alors impossible de continuer la rencontre. En effet, les deux équipes doivent toujours disposer d'au moins sept joueurs sur le terrain. A ce moment là, le score était déjà de 3-0 pour le Boyaca Chico FC. A la vue du résultat final, perdre le match sur tapis vert n'était donc surement pas une si mauvaise idée que cela finalement...

A la fin du match, c'est le gardien de Rionegro Aguilas, Carlos Bejarano, qui a été élu homme du match pour ses nombreux arrêts lors de la rencontre. Le gardien de but a notamment déclaré : "nous devons féliciter tous les collègues pour cette partie". Cependant, avant le match, Bejarano déclarait amer : "nous acceptons la décision de jouer le match mais il est clair que ce qui compte ici, c'est tout sauf notre intégrité et notre santé en tant que joueurs, fulminait le gardien. Nous sommes les sept qui partent en guerre". Le gardien résumait alors l'état d'esprit de son équipe face à la regrettable décision de la fédération.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK