Chantage à la sex-tape: validée, l'enquête visant Benzema se poursuit

L'attaquant du Real Madrid Karim Benzema, au coeur d'une affaire de chantage à la sex-tape contre le footballeur français Mathieu Valbuena, a été débouté vendredi de sa demande d'annulation de l'enquête, ce qui ouvre la voie à un éventuel procès.

La justice française a par ailleurs mis en lumière un nouveau protagoniste dans ce feuilleton qui secoue le football français depuis plus d'un an, l'ex-joueur Djibril Cissé, en demandant au juge d'instruction d'envisager sa mise en examen.

Cinq personnes sont déjà mises en examen dans ce dossier, dont Karim Benzema, soupçonné d'avoir fait pression sur le milieu offensif de l'Olympique lyonnais pour qu'il paie en échange de la non-diffusion de cette vidéo. Benzema a été privé d'Euro-2016 en raison de cette affaire.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles (ouest de Paris), saisie par Benzema et trois autres comploteurs présumés, a validé vendredi des écoutes litigieuses entre un maître-chanteur et un policier sous couverture qui s'était fait passer pour l'homme de main de Valbuena.

En admettant ce procédé, jugé "déloyal" par les mis en examen, la justice a maintenu de fait l'ensemble des charges qui pèsent contre les suspects.

"Karim Benzema est innocent, il n'a rien commis de répréhensible dans cette affaire: nous allons tout faire pour démontrer son innocence", a réagi son avocat Me Sylvain Cormier, selon qui son client est "résolu à continuer le combat".

"Nous sommes assez étonnés, parce que c'est une décision de rejet de nos demandes d'annulation de l'enquête", a commenté Serge Money, l'avocat de Mustapha Zouaoui, présenté comme l'un des cerveaux de l'affaire, en annonçant un pourvoi en cassation.

Mathieu Valbuena s'est au contraire "réjoui" de cette décision, "ce qui permettra un débat public comme il l'a toujours souhaité", a commenté auprès de l'AFP son avocat, Me Paul-Albert Iweins.

Contactée par l'AFP, la défense de Cissé n'a pas souhaité s'exprimer dans l'immédiat.

L'affaire avait débuté en juin 2015, lorsque Valbuena avait reçu un appel d'un inconnu lui affirmant détenir une vidéo intime le concernant. Le maître-chanteur proposait au joueur de trouver un arrangement, sans évoquer le montant à payer, conduisant l'international français à déposer plainte.

Un mois plus tôt, Djibril Cissé avait fait part à Valbuena de "murmures", en évoquant l'existence de cette vidéo supposément compromettante.

Cissé avait été placé en garde à vue en octobre 2015, mais en était sorti libre sans faire l'objet de poursuites.

Depuis, l'accusation a changé d'avis, en considérant que des charges pèsent contre lui.

"La cour d'appel demande aujourd'hui au juge d'instruction de se prononcer à nouveau sur une possible mise en examen de Djibril Cissé", a commenté auprès de l'AFP une source judiciaire.

En août, une première requête similaire du parquet avait été rejetée.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK