Breda sur le 2e but annulé de Mbokani : "Ce n'est pas du foot mais c'est ce qu'on demande aux arbitres de faire"

Ce dimanche dans "Complètement Foot", notre consultant arbitrage, Stéphane Breda, est notamment revenu sur le penalty provoqué par Arnaud Bodart face à La Gantoise ainsi que sur l'intervention du VAR sur les deux buts annulés de Mbokani à Anderlecht-Antwerp. 

Notre consultant arbitrage confirme qu'il y avait bien un penalty provoqué par Arnaud Bodart face à La Gantoise : "Je pense que dans un premier temps, l’arbitre ne le donne pas. J’ai vraiment l’impression que c’est son assistant qui lui donne l’information via son micro parce qu’il n’a pas sifflé directement. Puis 2-3 secondes après, il le siffle. Et la façon dont la phase se passe, il n’a pas la vue sur ce que Bodart fait. Effectivement il coupe la trajectoire de l’attaquant et il ne s’attend pas à ce que l’attaquant se faufile de cette façon. Mais indiscutablement, il le touche et il ne touche pas le ballon. Donc je ne vois pas comment l’arbitre aurait pu faire autre chose que de siffler penalty."

Stéphane Breda a ensuite évoqué les 2 buts annulés de Dieumerci Mbokani dans le match face à Anderlecht suite à l'intervention du VAR : "Pour l’assistant, le principe est qu’il doit laisser aller la phase pour ne justement pas sanctionner le hors-jeu d’une phase où le joueur est en jeu. Et donc éviter de casser une opportunité pour une équipe. C’est assez déplaisant effectivement qu’on revienne une dizaine ou une quinzaine de secondes en arrière. Sur le premier des deux hors-jeux, à vitesse réelle, on avait déjà l’impression que Mbokani avait trainé et revenait d’une position de hors-jeu. Donc ça se voit assez nettement et on ne doit pas discuter. Sur le deuxième, même avec la ligne tracée, c’est hyper difficile et je ne suis pas encore sûr sur base de ce qu’on nous a montré. Malheureusement, si on veut vraiment cette technologie, c’est difficile de laisser une tolérance. Mais ce n'est pas du foot ça. Et je suis un peu triste de voir ce genre de phase. Maintenant c’est mathématique, c’est peut-être 3 centimètres qui dépassent et on sanctionne."
Et de poursuivre sur l’aspect technologique et le fait de remonter si loin dans la phase de jeu : "Les arbitres appliquent ce qu’on leur demande d’appliquer. Au niveau de la technologie, il y a la ligne hier mais il y a aussi le moment du départ du ballon. Est-ce qu’on est sur la bonne image ? Est-ce qu’on est 2 images avant ou après ? C’est vraiment très compliqué. Ce n’est pas le foot mais c’est ce qu’on leur demande de faire. Ils sont coincés par rapport à ça. Et alors ils sont obligés de revenir aussi loin en arrière comme c’est la phase dans son entièreté qui amène cette phase de but."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK