Avis aux amateurs de football: l'album Panini de la coupe du monde sortira le 21 mars

Encore quelques jours de patience avant de découvrir l'album Panini de la prochaine coupe du monde de football.
4 images
Encore quelques jours de patience avant de découvrir l'album Panini de la prochaine coupe du monde de football. - © Hugues Van Peel - RTBF

C’est l’effervescence dans l’entrepôt des Editions Panini à Nivelles, en Brabant wallon. Depuis quelques jours, des camions venus d’Italie déchargent leur cargaison: des palettes entières d’albums et d’autocollants de la prochaine coupe du monde de football qui aura lieu en Russie du 14 juin au 15 juillet.

Ces albums et ces pochettes, les amateurs de football et les collectionneurs les attendent avec impatience, comme à chaque fois. Historiquement, c’est à l’occasion des coupes du monde que les ventes sont les plus importantes.

"Tous nos clients veulent suivre la collection, explique Thierry de Latre, le patron de cette petite PME familiale, importateur et distributeur exclusif des produits Panini en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg. Pour nous, c’est un gros événement. Cela fait plus de six mois qu’on le prépare. Et pendant tout ce temps, on nous parle du produit, mais on ne le voit pas, on n’a pas les bons visuels. Là, on est content d’enfin le toucher. Mais aujourd’hui, dans le public, personne n’a encore vu les images de l’album ou des pochettes, c’est très caché. La révélation, c’est pour le 21 mars!"

En ce moment, le personnel de Panini Belgique s’affaire à déballer les caisses et à remplir les présentoirs qui seront envoyés en fin de semaine dans les grandes surfaces et les magasins de jouets. Pour ce type de commerces, les pochettes d’autocollants sont vendues dans des emballages anti-vol par paquets de huit ou 19 unités. Les boites contenant les pochettes vendues à l’unité sont destinées aux petits magasins, comme les librairies.

670 vignettes à coller

C’est en Italie, au siège de Panini, que l’album de la coupe du monde a été mis au point, par un service chargé de la sélection des équipes et de la négociation des droits. "Il y a les droits liés à la FIFA et les droits de chaque équipe présente dans l’album, poursuit Thierry de Latre. Il y a des pays qui sont très bien organisés, comme la Belgique, où vous avez une fédération avec un responsable commercial qui peut vendre les droits de l’équipe belge. Mais dans certains pays, vous ne savez pas si c’est la fédération, le joueur, l’agent du joueur ou l’entraîneur… Donc c’est parfois assez long comme procédure. Et tout cela commence assez tôt dans la campagne qualificative. Le challenge est d’avoir les 32 équipes sélectionnées, donc on en achète beaucoup plus que les 32 par sécurité".

Panini doit en effet se prémunir des surprises éventuelles de la phase qualificative. Qui aurait parié cette année sur une qualification du Panama et sur une élimination de l'Italie? Mais que les fans se rassurent, les 32 pays qualifiés sont tous présents dans l’album, il y a 670 autocollants à collectionner.

La sélection des joueurs qui figurent dans l’album est effectuée par des journalistes spécialisés plusieurs mois avant l’événement, il y a donc forcément parfois des différences avec les choix opérés par les entraîneurs. Pour les "invités" de dernière minute, Panini édite généralement en juin une série de vignettes inédites.

Après la sélection vient la prise de photos avec un cadrage précis et une qualité similaire partout dans le monde. Par souci du détail, Panini tente aussi d'intégrer les nouveaux maillots éventuels des équipes.

Toutes les vignettes imprimées en quantités identiques

Une fois ce travail de fourmi terminé, la phase de production peut commencer. Panini possède deux usines: la première en Italie pour le marché européen, la seconde en Amérique du Sud pour les Etats-Unis. Et l’entreprise l’assure, tous les autocollants Panini sont imprimés en quantités identiques. Il y a donc autant d'autocollants Neymar ou Ronaldo que de vignettes représentant des joueurs moins connus. La rareté s'explique par l’attitude des collectionneurs qui préfèrent parfois conserver plusieurs exemplaires d'un autocollant plutôt que de les échanger.

Panini et la Belgique, c’est une histoire d’amour qui a commencé en 1970. A l’époque, c’est le père de Thierry de Latre qui s’est lancé en vendant des boites d’autocollants dans une caravane résidentielle. Les Editions Panini Belgique emploient douze personnes et sont aujourd’hui l’un des derniers clients indépendants du groupe Panini (avec Malte). Installée à Braine-l’Alleud, l’entreprise possède donc aussi un entrepôt à Nivelles pour gérer les quantités impressionnantes d’albums et de pochettes qui sont vendus chaque année chez nous.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK